-- -- -- / -- -- --
Nationale

Écoles : l’angoisse d’une éventuelle fermeture

Écoles : l’angoisse d’une éventuelle fermeture

Après deux semaines de la première étape de la rentrée scolaire, plusieurs écoles, à travers quelques wilayas du pays, ont déjà fermé leurs portes en raison de cas avérés de coronavirus. Les chiffres de l’épidémie, qui évoluent de jour en jour, contraignent le comité scientifique de suivi de l’évolution de cette pandémie à prendre une décision quant au recours à la fermeture totale des établissements scolaires, comme cela avait été décidé au mois de mars.

Malgré la hausse spectaculaire des cas de contamination à la Covid-19, la rentrée scolaire pour les trois paliers a bien eu lieu. Contrairement à ce qui avait été décidé au printemps, les établissements scolaires restent ouverts lors de cette deuxième vague, qui s’avère plus dangereuse. En effet, près de 10 millions d’élèves ont repris les cours dans un climat épidémiologique critique et des risques de contamination très élevés. Ces établissements scolaires peuvent se transformer en des lieux de rassemblement propices à la circulation du virus. Devraient-ils fermer pour endiguer l’épidémie ou bien faut-il se contenter d’une application stricte du protocole sanitaire au sein des écoles ? s’interrogent les syndicats du secteur ainsi que le reste de la famille éducative. Cette crainte est aussi celle des parents. Le  souvenir du précédent confinement reste marquant, et certains parmi eux se sentent coincés entre les inquiétudes liées à la situation sanitaire et l’angoisse d’une éventuelle fermeture des écoles. C’est le cas de Sonia, mère d’un garçon scolarisé au collège. « Bien que la situation  épidémiologique est de plus en plus inquiétante, je ne veux pas que les écoles ferment et je crains un nouveau confinement, surtout que nous avons préparé nos enfants au retour à la routine scolaire», a-t-elle indiqué. Pour freiner la contamination, le protocole sanitaire a été renforcé et les écoliers sont obligés de porter un masque à l’intérieur des classes. Le protocole sanitaire doit absolument être appliqué, a prévenu le ministre de l’Education nationale. Les gestes barrière et la distanciation physique doivent être respectés. Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a mis en garde les établissements scolaires qui n’appliqueraient pas les mesures préventives, mais il n’a pas évoqué la fermeture des écoles, du moins pour le moment. Par ailleurs, en ce qui concerne la rentrée universitaire, prévue pour le 22 novembre, un report n’est pas exclu. Le ministre de la Santé a fait savoir, avant-hier, que la réflexion était en cours en ce qui concerne la rentrée universitaire. Il n’est pas exclu, a assuré le Pr Benbouzid, de la reporter si la situation épidémiologique l’imposait. Si le taux de contaminations continue de monter, on sera, a-t-il dit, amené à prendre des décisions.

Plusieurs écoles fermées 

Plusieurs écoles, dans plusieurs wilayas du pays, ont fermé leurs portes. A Laghouat, le wali a fermé deux écoles après l’apparition de quelques cas au sein du personnel éducatif. C’est le cas de l’école Ali-Bougarine, sise à la cité El-Wiam, située au chef-lieu de wilaya, et une autre à Aflou, rapporte l’un des sites d’information  A Oum El-Bouaghi, la situation n’est guère moins sombre. En effet, quatre écoles ont été fermées, et ce après la découverte de quelques cas enregistrés dans l’équipe éducative. Pas loin de la wilaya, les autorités de Guelma ont procédé à la fermeture d’une école située à Hammam N’Bail suite à la contamination d’un enseignant. Dans la wilaya de Bouira, le wali a décidé de fermer trois  écoles primaires. Ce dernier a ordonné la désinfection des rues et des établissements dans tous les coins de la wilaya afin d’endiguer la propagation du virus. Dans cette affaire, la responsabilité est mise sur le dos des APC. Selon la même source, ces dernières n’ont pas respecté le protocole sanitaire de désinfection et n’ont pas fourni les moyens préventifs nécessaires.

Les enfants sont-ils contagieux ?

Depuis le début de l’épidémie de la Covid-19, les données concernant les enfants, notamment leur contagiosité, ont varié. Ils ont pendant un temps été considérés comme «super-contaminateurs» et souvent porteurs sains du virus, d’où le fait qu’au printemps dernier, quelques jours avant le confinement, c’est la fermeture des écoles qui avait été de prime abord décidée. Cette thèse a finalement été atténuée : les enfants ont continué à être considérés comme asymptomatiques, plus que les adultes, mais moins contaminants que les adultes. Cependant, plusieurs études réalisées aux Etats-Unis, en Inde ou en Corée du Sud ont battu en brèche l’idée que les enfants étaient peu contagieux. La dernière étude a été publiée le 30 octobre par les Centres de prévention et de contrôle (CDC) américains. Menée d’avril à septembre sur 300 personnes, elle conclut que «la transmission du SARS-CoV-2» au sein d’un foyer «était fréquente, que ce soit par les enfants ou les adultes».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email