-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’anglais dans les universités : « Pas au détriment du français »

L’anglais dans les universités : « Pas au détriment du français »

Le ministre de l’enseignement supérieur Tayeb Bouzid, qui a donné récemment le feu vert pour passer à l’anglais dans les correspondances universitaires, n’envisage pas de se débarrasser pour autant de la langue française.

C’est ce qu’a laissé entendre Tayeb Bouzid, lors des travaux de la conférence nationale des universités, dédiée à la préparation de la rentrée universitaire. Selon lui, ce passage à l’anglais ne se fera pas au détriment de la langue française. En effet, des efforts vont être fournis lors de la prochaine rentrée universitaire pour faciliter l’apprentissage de l’anglais par les étudiants. Le ministre a annoncé, dans ce sens, l’installation d’une commission ayant pour mission de renforcer l’utilisation de l’anglais au sein des universités algériennes, sachant qu’un sondage a été lancé récemment sur les réseaux sociaux, invitant les étudiants à voter ou pas pour la généralisation de l’anglais. Le résultats de ce sondage a révélé que 95℅ de la communauté universitaire était pour l’introduction de la langue de Shakespeare. Par ailleurs, Tayeb Bouzid a, une nouvelle fois, affirmé que l’utilisation de l’anglais devrait permettre aux universités algériennes d’avoir plus de visibilité au niveau international, ce qui permettra d’attirer davantages d’étudiants étrangers.

Le secteur de Tayeb Bouzid prévoit la réception de 83 400 nouvelles places pédagogiques pour la prochaine rentrée universitaire, ce qui portera la capacité d’accueil totale, selon le ministre, à plus de 1,512 million de places dans tous le réseau universitaire. « Ces capacités pédagogiques devant être pourvues permettront, théoriquement, d’accueillir près de 1,8 million d’étudiants sur la base du coefficient d’exploitation de 1,2 million pour chaque place effective », a précisé le ministre, ajoutant que pour ce qui est de la capacité d’hébergement et de restauration, le secteur prévoit la réception, durant la même période, de « 51 370 lits, portant ainsi les capacités d’hébergement à 658 600 lits ». Le ministre n’a pas manqué d’insister sur l’impératif de les répartir équitablement sur toutes les universités du pays. Par ailleurs, Tayeb Bouzid a mis l’accent sur l’impératif d’activer des cellules de coordination chargées du suivi de la réalisation des structures universitaires au niveau local, et ce dans le but d’activer la réception des projets pour la prochaine rentrée universitaire.

Il a, dans ce sens, annoncé que des mesures conservatoires ont été prises, notamment pour les spécialités pouvant souffrir d’une surcharge, faute du non–parachèvement des projets des structures ciblées ou en raison du déficit cumulé. « Il est nécessaire, en cas de besoin, de prendre des mesures supplémentaires pour la prolongation de la durée fixée à l’exploitation des structures pédagogiques, et de rationaliser les moyens disponibles à travers l’utilisation commune des capacités et énergies », a-t-il déclaré.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email