-- -- -- / -- -- --
Culture

Lancement de la 10e édition du Concours national de la chanson amazighe

Lancement de la 10e édition du Concours national de la chanson amazighe

C’est dans l’espace de la maison de la Culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou qu’a été donné, ce samedi, le coup d’envoi de la sélection des candidats devant représenter la wilaya de Tizi Ouzou pour le concours final de la chanson amazighe, prévu pour le mois d’avril prochain. Pour cette première journée sélective, qui verra l’admission de 22 concurrents, pas moins de 127 candidats se sont présentés sur scène pour faire valoir leurs qualités de chant et de musique devant un jury composé de trois experts. Les deux premiers examinateurs, Ali Item et Djamel Hoceïni, sont des spécialistes de la musique alors que le troisième, Hocine Moula, est un spécialiste de la poésie. S’agissant de l’orchestration, elle est assurée par l’orchestre de l’association Tharwa N’gaya, présidée par Youcef Radji. Celui-ci nous a indiqué que le prochain rendez-vous sélectif est prévu pour la journée du vendredi 16 février, qui verra la sélection de 36 candidats, et enfin le troisième et dernier rendez-vous aura lieu le 24 du même mois et verra la sélection de 41 candidats.

Les 99 candidats ayant été retenus, commencera alors la décantation pour n’en retenir que trois devant représenter la wilaya de Tizi Ouzou au concours national prévu pour le mois d’avril prochain et qui verra la participation de dix wilayas du pays. Il faut retenir que le premier prix du concours de la 9e édition, qui a eu lieu au cours de l’année 2016, a été remporté par un jeune artiste de la région de Bouzguène, le nommé Billal Mohri. Le deuxième prix a été décroché par un concurrent de Batna et le troisième par un représentant de Tamnarraset. A la question de savoir pourquoi il n’y a pas eu de concours en 2017, Youcef Radji a expliqué que c’était faute de moyens financiers. « Ce concours du chant amazigh, c’est l’association Tharwa N’gaya qui l’organise avec ses propres finances », a assuré notre interlocuteur, qui n’a pas manqué de manifester son souhait de voir cette manifestation prise en charge sur le volet financier par l’Etat.

Le coût moyen de l’organisation du concours national de chant est de 120 millions de centimes environ, a indiqué Youcef Radji, qui a tenu à préciser que les lauréats sont récompensés en espèces. C’est un chèque de 50 000 DA pour le vainqueur du prix, 30 000 DA pour le deuxième et 20 000 DA pour le troisième prix. « Par ailleurs, nous remettons des cadeaux pour les autres concurrents, ce qui fait que nous faisons face à des dépenses assez importantes », conclut le président de Tharwa N’gaya. Notons enfin que ce concours national du chant amazigh dans sa 10e édition est dédié aux artistes Sofiane et Malika Domrane.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email