-- -- -- / -- -- --
Nationale

Lamamra prend la coopération internationale à Messahel

Lamamra prend la coopération internationale à Messahel

Lors du remaniement ministériel de jeudi dernier, la coopération internationale a été confiée une première fois à Abdelkader Messahel avant qu’elle ne lui soit retirée hier et de nouveau confiée à Ramtane Lamamra qui hérite du seul titre de ministre d’Etat dans le gouvernement Sellal IV. Entretemps, Messahel a hérité des affaires de la Ligue arabe, un rajout d’entité qui n’existait pas auparavant.

Mais qu’est ce qui s’est passé durant ces cinq jours pour que le président Bouteflika change d’avis et remette les choses à leur place ? Les violentes critiques de la presse en parlant d’une « diplomatie à deux têtes » ? Une autre maladresse ? Un rapport de force qui a tourné court ?

En confiant ainsi les affaires maghrébines et africaines à Messahel, le message est clair pour le locataire des AE : Lamamra ne pourra plus peser sur les négociations futures en Libye lui qui a magnifiquement arbitré le conflit malien qui s’est terminé par la signature d’un accord de paix à Alger et à Bamako récemment. Avec Lamamra, la diplomatie algérienne a retrouvé un second souffle et il lui a même redonné ses lettres de noblesse.

Le gouvernement algérien sera ainsi privé d’un diplomate professionnel et chevronné durant les années à venir. Aujourd’hui, on lui donne une autre mission : La diplomatie économique dont il devient, à son corps défendant, le pionnier dans ce domaine.

Les ambassades algériennes n’ont jamais su comment convaincre les étrangers de venir investir en Algérie, ni même de vendre le produit algérien. Cette tâche incombe désormais à Lamamra qui est chargé de promouvoir les intérêts du pays.

Il aura ainsi pour mission d’expliquer et de défendre les orientations économiques du pays tout en insistant sur les mesures d’accompagnement pour les promoteurs étrangers.

Cette question a été soulevée récemment par le FCE qui a souhaité mettre en place avec les ambassades de l’Algérie à l’étranger une démarche de partenariat permanent pour drainer davantage d’investissements et de partenariats vers notre pays, prospecter des opportunités d’investissement à l’étranger et soutenir les efforts des entreprises algériennes à l’exportation.

Le FCE veut construire avec les représentations diplomatiques de l’Algérie à l’étranger une relation fructueuse, une connexion intelligente pour aller à l’offensive des marchés internationaux et porter la voix des entreprises algériennes partout dans le monde.

Les entreprises algériennes ne profitent pas de l’aura dont jouit la diplomatie algérienne, notamment en Afrique ou en Europe. L’entreprise algérienne a besoin de l’aide des ambassades, de leurs recommandations, de leur accompagnement pour aller à la conquête des marchés extérieurs. La diplomatie algérienne doit passer à une étape supérieure. Plusieurs pays misent sur leur diplomatie économique pour attirer davantage les investisseurs dans leur pays.

Avec le tarissement des recettes pétrolières, l’Algérie mise ainsi sur le commerce et les investissements qui constituent des composantes essentielles de la politique étrangère du gouvernement dont les actions extérieures visent, entre autres, à renforcer la promotion de l’exportation, à mobiliser et à attirer les IDE et à promouvoir l’image de l’Algérie. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email