-- -- -- / -- -- --
Nationale

Lamamra : L’UE doit tenir compte des approches des pays arabes

Lamamra : L’UE  doit tenir compte des approches des pays arabes

Les travaux de la Conférence ministérielle sur la révision de la Politique européenne de voisinage (PEV) qui se sont déroulés la semaine dernière à Beyrouth ont permis aux pays arabes de la rive sud de la Méditerranée d’exprimer leurs attentes et préoccupations vis-à-vis de la PEV.

Cette rencontre, qui s’est déroulée en présence du Commissaire européen chargé de la PEV, Johannes Hahn, et d’autres hauts responsables européens a été sanctionnée par l’élaboration d’un document, sous forme de feuille de route comportant les principaux points de vue et les préoccupations des pays arabes à l’égard de la PEV.

Le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a souligné à cette occasion que la Politique européenne de voisinage (PEV) doit refléter les ambitions et la volonté des pays arabes d’être partie prenante dans la construction de l’ordre international.

« Nous espérons que le document final que dégageront ces consultations (autour de la PEV) puisse refléter nos ambitions pour ce partenariat et la volonté des pays arabes et de la rive sud de la Méditerranée d’être partie prenante à la dynamique de la construction de l’ordre international de demain », a indiqué M. Lamamra dans une déclaration à l’APS, en marge de cette réunion.

Il a expliqué que sa visite au Liban comprend un volet multilatéral qui consiste à prendre part à la conférence de consultations sur la PEV et un volet bilatéral visant à encourager le développement de la coopération algéro-libanaise.

Le ministre d’État a expliqué que la conférence sur les consultations autour de la PEV constitue « la deuxième séquence de la rencontre tenue en avril dernier à Barcelone (Espagne) durant laquelle les pays arabes de la rive sud de la Méditerranée avaient exprimé leurs points de vue et attentes sur cette politique ».

Il a, dans ce sens, souligné la nécessité de développer une « approche commune », pour que les attentes et préoccupations des pays arabes « soient prises en compte ». Le chef de la diplomatie algérienne a fait part des propositions de l’Algérie qui consistent en la création d’un espace euro-méditerranéen commun de sécurité et de prospérité partagées.

S’exprimant lors de la plénière de la conférence sur la révision de la politique européenne de voisinage (PEV), M. Lamamra a expliqué que l’Algérie « cherche à encourager des notions alternatives qui capteraient davantage la destinée, la prospérité et la sécurité communes, et a lancé, à cet effet, l’idée de la possibilité de créer un espace commun de sécurité et de prospérité partagées ». 

« Un espace euro-méditerranéen commun reflétant une nouvelle philosophie et non une simple adaptation de ce qui existe et qui a atteint ses limites », a-t-il ajouté, soutenant que cet espace commun de paix, de solidarité et de prospérité partagée devrait « impliquer un travail soutenu de règlement pacifique des conflits et des crises, et même de prévention contre ces derniers ». 

Le ministre d’État a affirmé que « dans une relation entre deux partenaires aussi importants que l’Europe et le monde arabe, il faut, à tout prix, qu’apparaissent les principes du droit international comme le respect mutuel, la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays, le respect de la souveraineté et de l’indépendance nationales ».

Il est impératif, a-t-il poursuivi, que « dans cette relation, apparaissent aussi les principes relatifs au droit de l’autodétermination des peuples, ainsi que l’inadmissibilité de l’acquisition des territoires par la force, ce qui s’applique parfaitement à la question palestinienne et à la décolonisation du Sahara occidental ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email