-- -- -- / -- -- --
Nationale

Lamamra : L’Algérie ne cesse d’appuyer le SG de l’ONU

Lamamra : L’Algérie ne cesse d’appuyer le SG de l’ONU

Le chef de la diplomatie Ramtane Lamamra, a indiqué que l’Algérie ne ménagera aucun effort pour appuyer les efforts du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Mooon, en vue du règlement du conflit de décolonisation au Sahara occidental opposant le Front Polisario au Maroc.

« Nous formons le vœu que la visite prochaine dans la région du Secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon soit l’occasion pour ramener les deux parties à la table des négociations en vue de la relance du processus de paix « , a souligné M. Lamamra hier à Oran lors de l’ouverture du Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique.

Il a assuré que « l’Algérie, en ce qui la concerne, ne ménagera aucun effort pour appuyer les efforts du SG de l’ONU et de son envoyé personnel, pour l’avènement d’un règlement définitif de ce conflit à travers la tenue du referendum d’autodétermination ».

« Au Sahara occidental, le processus de règlement mené par les Nations unies depuis 1990 est dans l’impasse », a-t-il fait observer, tout en estimant que « les propositions de règlement communiquées en 2007 par les deux parties, le Maroc et le Front Polisario, n’ont pas permis la relance des négociations et aucun progrès n’a pu être enregistré depuis lors ».

Tout en relevant les difficultés rencontrées par l’envoyé personnel du SG de l’ONU, l’envoyé personnel Christopher Ross et Mme Kim Bolduk, sa représentante spéciale et chef de la Minurso, M. Lamamra a déploré l’attitude affichée par le Maroc.

« Au lieu de s’engager dans la recherche et la mise en œuvre d’un règlement de ce différend, comme l’y appellent les résolutions pertinentes de l’Union africaine et des Nations unies, le Maroc a malheureusement multiplié, tout au long de ces 40 années d’occupation, les manœuvres dilatoires », a-t-il dit, tout en appelant les Nations unies, et singulièrement le Conseil de sécurité, à « assumer leurs responsabilités pour hâter l’avènement d’une solution conforme à la légalité internationale et mettre ainsi fin au calvaire qu’endure le peuple sahraoui sous l’occupation, dans son propre territoire, et dans les épreuves de l’exil ».

Le conflit du Sahara Occidental est le plus vieux en Afrique. Eclaté en 1975, les belligérants, le Maroc et le Front Polisario, ont conclu un cessez-le-feu en 1991 suivi de négociations qui ont conduit à la signature des accords de Houston (Etats-Unis). Ces accords prévoient la tenue d’un referendum d’autodétermination du peuple sahraoui qui a été ensuite renié par l’occupant marocain.

Il est à rappeler que le Conseil de sécurité et en vertu de ses prérogatives, est en mesure de faire une déclaration présidentielle de soutien fort et sans équivoque au secrétaire général de l’ONU, qui avait demandé le 4 novembre dernier aux deux parties du conflit (le Maroc et le Front Polisario) d’établir des négociations directes et véritables afin de parvenir à une solution politique qui garantit au peuple sahraoui le droit à l’autodétermination.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email