Lamamra: L’Algérie fera entendre la voix de l’Afrique au Conseil de sécurité – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Lamamra: L’Algérie fera entendre la voix de l’Afrique au Conseil de sécurité

Lamamra: L’Algérie fera entendre la voix de l’Afrique au Conseil de sécurité

L’Algérie, qui s’apprête à siéger au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU), au cours de la période 2024-2025, est décidée à apporter sa contribution au nom de l’Union africaine (UA) et à redoubler d’efforts pour faire entendre la voix de l’Afrique sur la scène internationale.
C’est ce qu’a affirmé ce jeudi le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, lors de son allocution à l’ouverture du 8è séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique qui se déroule du 2 au 4 décembre au centre des conventions à Oran.

Organisé sous le thème de «la nécessité d’assurer un soutien adéquat aux membres africains du Conseil de sécurité de l’ONU dans le traitement des questions de paix et de sécurité africaines », le séminaire traduit l’engagement de l’Algérie à redoubler d’efforts pour faire entendre la voix de l’Afrique sur la scène internationale, notamment durant son mandat au Conseil de sécurité de l’ONU.

« C’est dans cet esprit que l’Algérie s’apprête à apporter sa contribution au nom de l’Union africaine, en pleine coordination avec ses homologues africains au sein du Conseil et en conformité avec les décisions pertinentes des organes délibérants de l’UA », a assuré M. Lamamra.

Renforcer la voix de l’Afrique sur l’arène internationale et promouvoir son rôle au sein des organisations internationales demeurent « l’objectif ultime » pour lequel œuvrent les membres de l’Union africaine (UA), ajoute le chef de la diplomatie algérienne qui a souligné l’importance de cette rencontre dans le processus de « réflexion collective, d’échange de vues et de partage d’expériences ».

Cette démarche, selon lui, permet aux représentants de l’UA au sein de l’ONU de démontrer le véritable esprit d’unité et de solidarité dans la promotion des positions africaines sur la paix et la sécurité.

« Je me réjouis de constater que notre engagement collectif a commencé à porter ses fruits avec le groupe des A3 grandissant considérablement en stature et en capacité diplomatique », a déclaré M. Lamamra, soulignant l’importance de traduire ces efforts pour concrétiser «l’objectif commun d’une Afrique parlant d’une seule voix capable d’influencer le processus décisionnel au sein du Conseil de sécurité de l’ONU.

A ses yeux, les pays africains sont appelés à reconnaître leurs propres lacunes et de redoubler d’efforts en amont et en aval pour traduire dans les faits la vision inscrite dans l’agenda 2063 de développement.

Pour M. Lamamra, le continent africain a besoin d’un rôle plus important de l’UA dans la prévention et la résolution des conflits, notamment dans un contexte marqué par la détérioration du paysage global de la paix et de la sécurité.

Cette démarche nécessite un développement accru des architectures africaines de gouvernance, de paix et de sécurité qui constituent une importance majeure pour relever les défis croissants auxquels les pays africains sont confrontés actuellement.

Lamamra a également mis l’accent sur la nécessité de rendre le multilatéralisme plus avantageux pour les pays africains dans l’optique de mettre terme à la marginalisation du continent au sein du système international, y compris le Conseil de sécurité de l’ONU.

L’Union africaine est dans l’obligation de renouveler son attachement aux valeurs et aux idéaux du panafricanisme et d’agir collectivement pour éviter tout facteur qui pourrait mettre en péril l’unité de cette organisation continentale, a assuré le ministre algérien, disant attendre avec impatience que les délibérations au cours des quatre sessions de ce séminaire aboutissent à des recommandations concrètes qui « nous aideront à nous rapprocher de nos objectifs communs de manière efficace et efficiente ».

Il convient de souligner que, la tenue de cette 8è édition à Oran se veut un prolongement des premières éditions initiées par l’Algérie au courant des années 2013, 2014 et 2015 dans le cadre de son engagement constant en faveur du soutien de l’action de l’organisation dans les domaines de la paix et de la sécurité, et ses efforts laborieux pour le renforcement de l’action africaine commune.

Cette conférence rassemble entre le ministre tunisien des Affaires étrangères, de l’Emigration et des Tunisiens de l’étranger, Othmane El Jarandi, de la vice ministre égyptienne chargée des Affaires africaine, Soha Jendi, du ministre tchadien des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Tchadiens à l’étranger, Cherif Mahamat Zene, du vice Premier ministre et ministre des Affaires étrangères d’Ethiopie, Demeke Mekonnen Hassen, et le ministre des Relations étrangères de la République de l’Angola, Antonio Tete.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email