-- -- -- / -- -- --
Monde

L’Allemagne, géant de l’économie européenne

L’Allemagne, géant  de l’économie européenne

L’Etat allemand réunifié célèbre ce 3 octobre ses vingt-cinq ans. L’Allemagne a toujours été aux côtés de l’Algérie bien avant l’indépendance et il est bien de rappeler, en cette date anniversaire, les différentes périodes ayant marqué ces relations étroites, que ce soit sur le plan politique, économique ou culturel.

Ces vingt-cinq ans sont aussi une occasion de présenter l’Allemagne d’aujourd’hui avec ses préoccupations et qui reste plus que jamais le géant de l’économie européenne.

Durant la guerre de libération nationale, l’Allemagne a été sensible à la volonté du peuple algérien de s’affranchir du joug colonial. Discrètement mais efficacement, les deux Etats allemands de l’époque ont accordé un soutien et un accompagnement solide à la révolution algérienne.

 Non seulement nos nationalistes ont trouvé une oreille attentive, mais aussi des projets pour le futur ont été mis en place dans la perspective de l’indépendance de l’Algérie avec, notamment, la formation universitaire d’étudiants algériens devenus, plus tard, les premiers hauts cadres de l’Algérie indépendante.

Les années 1970/1980 marquent le sommet des relations algéro-allemandes

Une intense activité a marqué les relations algéro-allemandes dans les années 1970/1980. Sur le plan culturel, le Goethe Institut a été le premier centre culturel étranger à ouvrir ses portes juste après l’indépendance. Il avait son siège au début à la rue Didouche-Mourad puis s’est installé à la rue Laperlier, aujourd’hui Sfindja.

Les cours d’allemand étaient dispensés à grande échelle à la vive satisfaction des Algériens qui y trouvaient un personnel pédagogique compétent, dans un environnement technologique d’avant-garde pour l’époque, avec des conditions d’inscription et de suivi des cours à des prix symboliques.

Pendant plus de vingt ans Goethe Institut a animé intensément la vie culturelle de la capitale, avec des festivals cinématographiques où étaient présents les plus éminents cinéastes allemands de l’époque, des concerts avec de brillants musiciens, ainsi que des conférences de très haut niveau.

Sur le plan touristique, l’Algérie était la destination préférée des Allemands de tout âge, passionnés surtout par les immenses étendues de notre Sahara, si bien que les établissements algériens de formation hôtelière ont imposé la priorité à la langue allemande dans leur programme d’enseignement, comme ce fut le cas de l’Institut supérieur de l’hôtellerie et du tourisme de l’Aurassi.

Sur les plans économique et commercial, l’Allemagne était le premier partenaire de l’Algérie. Les grandes réalisations de son tissu industriel ont été l’œuvre de grandes firmes allemandes.

A ce sujet, les bus de conception allemande de la Sonacome, construits en Algérie en 1980, circulent toujours après presque quarante ans d’âge, témoignant de l’exemplarité du partenariat algéro-allemand. La Foire annuelle des années 1970/1980 était largement dominée par la participation imposante des firmes allemandes qui utilisaient les plus grandes surfaces d’exposition.

La prestigieuse firme automobile Audi, faisait ses essais de nouveaux prototypes dans le Sahara algérien

Dans les années 1980, la firme de construction automobile Audi n’avait pas le prestige d’aujourd’hui. Cette firme a hérité de l’entreprise Auto Union et peinait à se faire un nom dans la construction automobile.

Ses dirigeants de l’époque, dont l’actuel, Ferdinand Piech, membre du directoire Porsche et de Volkswagen, ont juré de rendre prestigieuse la marque Audi et cela par la qualité et les efforts fournis dans les résultats de leurs recherches entreprises dans le Sahara algérien.

Avec toutes les autorisations nécessaires délivrées par les autorités algériennes, les ingénieurs d’Audi venaient en convoi tester les nouveaux prototypes dans les conditions de températures extrêmes du Sahara algérien du mois de juillet.

Ferdinand Piech venait personnellement en Algérie par jet privé pour activer les résultats de ces recherches. Bien mieux, L’Algérie leur a fourni l’essence sans plomb de ces essais, une première pour Naftal avec sa raffinerie de Skikda qui a ainsi démarré la production de cette qualité d’essence encore inconnue ici. Avec la décennie noire, Audi n’est plus revenu en Algérie.

Cependant, ses essais de prototypes entrepris en Algérie ont largement et incontestablement contribué à faire d’Audi une firme de construction automobile de renommée mondiale. Ses modèles, très prisés par une clientèle avide de produits haut de gamme, sont maintenant les plus chers du marché automobile au vu de leurs hautes performances technologiques

M. Hofmann, ambassadeur d’Allemagne de confession musulmane

Les citoyens algériens ont été particulièrement touchés par la venue de M. Hofmann à la tête de l’ambassade d’Allemagne à la fin des années 1980, cela pour la raison qu’il était de confession musulmane. Hofmann en était fier car il disait : « Ma croyance dans l’Islam démontre le haut esprit de tolérance et d’ouverture de mon pays, l’Allemagne, qui met sur le pied d’égalité toutes les confessions religieuses ».

Hofmann participait ainsi pleinement aux fêtes musulmanes où il était officiellement invité, particulièrement la prière de l’Aïd-El-Adha et celle de la fin du mois de ramadhan. Il a écrit un livre où il raconte son itinéraire sincère vers l’Islam. Son ouvrage écrit en allemand a été traduit et est disponible à la Bibliothèque nationale.

L’Allemagne d’aujourd’hui vingt-cinq ans après la réunification

Au niveau économique, l’Allemagne ne connaît pas, sur le plan du partenariat avec l’Algérie, le sommet atteint dans les années 1980.

Cependant, la continuité des rapports existent avec, notamment, la récente unité de construction de véhicules tout-terrain dont la production est déjà existante. De grands projets, particulièrement dans les énergies renouvelables, verront le jour dans le futur.

L’Algérie gagne à entretenir et à renforcer ses liens avec l’Allemagne qui est le leader de l’économie européenne. La réunification a permis à ce pays d’accroître ses performances économiques. Il possède le taux de chômage le plus bas d’Europe. S’il semble éclaboussé par le scandale que subit Volkswagen, ce moment n’est que conjoncturel.

Ses principes et ses valeurs de rigueur, de qualité, de performance, principes d’excellence qui ont bâti sa notoriété, finiront par triompher et l’Allemagne sera toujours le pays qui a une avance sur les autres.

Pour l’instant le peuple allemand témoigne son grand cœur, sa pleine générosité et sa solidarité envers les réfugiés venant de contrées en conflit, lui qui a subi ces événements douloureux par l’avènement du mur de Berlin.

Il tient à un élément, celui de recevoir ces réfugiés dans un cadre organisé, lui dont l’organisation parfaite de tous les rouages de la vie économique et sociale constitue le fondement de sa réussite. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email