-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie souhaite un engagement «loyal» des Libyens

L’Algérie souhaite un engagement «loyal» des Libyens

L’Algérie souhaite un engament « loyal » des parties libyennes dans le dialogue qui se déroulera sous les auspices des Nations unies à Genève visant un règlement de la guerre civile qui secoue le pays depuis trois ans. C’est ce qu’a indiqué hier Abdelkader Messahel, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines.

« L’Algérie suit avec intérêt le projet d’organisation, à Genève, d’une réunion de dialogue entre les parties libyennes, sous l’égide de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Libye, Bernardino Leon, et encourage les parties libyennes à participer loyalement et de bonne foi au dialogue afin de lui garantir toutes les chances de réussite dans l’intérêt supérieur du peuple frère libyen », a-t-il souligné.

Dans cette perspective, « l’Algérie réitère son soutien aux efforts de M. Leon visant à mettre un terme à la crise politique et sécuritaire, à travers la promotion d’un dialogue inclusif interlibyen, à l’exclusion des groupes terroristes reconnus en tant que tels ».

Il s’agit, selon Messahel, de concrétiser une solution politique qui préserve l’intégrité territoriale, l’unité, la stabilité du pays et la cohésion de son peuple, et permette l’édification d’un Etat moderne et démocratique. « L’Algérie réaffirme son engagement à poursuivre ses efforts en vue d’accompagner les frères libyens sur la voie du dialogue », a-t-il ajouté. L’Algérie a été justement sollicitée par l’ONU pour abriter un dialogue interlibyen pour désamorcer la crise dans ce pays.

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a fait savoir que l’Algérie prône la solution pacifique basée sur un dialogue national et une réconciliation entre Libyens. Cette démarche, selon Lamamra, tend à « amorcer un dialogue national libyen auquel prendront part tous les nationalistes libyens qui rejettent la violence et le terrorisme, et croient en l’unité nationale et la démocratie comme moyen pour l’édification des institutions de l’Etat sur la base de la citoyenneté et de l’égalité des droits et devoirs ».

Pour ce faire, l’Algérie prône une participation de l’ONU, l’UA et de la ligue arabe afin de consolider la concertation pour arriver à évacuer la tension à ses frontières. En outre, l’Algérie rejette toute intervention militaire en Libye qui exacerberait la tension et conduirait à une instabilité permanente.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email