-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie salue la libération de Benghazi

L’Algérie salue la libération de Benghazi

L’Algérie a salué la libération de la ville de Benghazi la qualifiant de « nouvelle victoire pour tout le peuple libyen, s’ajoutant à celles déjà remportées face au terrorisme à Syrte.

L’Algérie qui a toujours appelé à un règlement interne du conflit par un dialogue interne loin de toute ingérence étrangère, a affirmé sa « conviction » des capacités du peuple Libyens de vaincre le terrorisme et de remporter le combat d’édification d’institutions nationales fortes auxquelles ils aspirent et de s’engager résolument sur la voie du dialogue et de la réconciliation nationale.

Après plus de trois ans de combats meurtriers, le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est libyen, annonce avoir repris Benghazi des mains des terroristes, en proclamant « une libération totale » de la deuxième ville du pays. « Benghazi entre aujourd’hui dans une nouvelle ère de paix, de sécurité, de réconciliation (…) et de reconstruction »,a-t-il déclaré à l’adresse des libyens.

Des milliers d’habitants de Benghazi, sont descendus dans la rue dans la nuit de mercredi à jeudi pour fêter la victoire sur les milices armés dans cette ville situé au nord est du pays. L’homme fort de l’est libyens a affirmé que ces forces armé sont venues à bout des derniers terroristes qui étaient cernés depuis plusieurs semaines dans leurs derniers repaires, dans les quartiers de Soug al-Hout et al-Sabri, dans le centre de la ville.

L’armée interdit encore aux habitants de retourner chez eux dans ces deux quartiers, par crainte de mines et autres engins explosifs laissés par les terroristes. Les libyens espère que la prochaine étape sera consacrée à la résolution de la crise politique et l’amélioration des conditions de vie des citoyens qui font face à une pénurie de liquidités et une hausse de prix sans précédent, outre l’insécurité.

En 2014, le maréchal Haftar avait lancé une opération qu’il a appelée « Dignité » pour reprendre Benghazi, bastion de la révolution libyenne de 2011 qui chassa du pouvoir le Président Mouammar Kadhafi. La ville était, après la révolution, tombée aux mains des hommes armés.

Depuis, des combats quasi-quotidiens y opposaient les forces proHaftar aux groupes armés, laissant des quartiers en ruines. Le maréchal Haftar est lié à un gouvernement non reconnu basé dans l’est libyen en parallèle il y a un autre gouvernement au pouvoir basé à Tripoli, c’est le gouvernement d’union nationale qui est reconnu par la communauté internationale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email