-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie réduit sa facture d’importation des médicaments

L’Algérie réduit sa facture d’importation des médicaments

L’Algérie a réduit de 24,45 % ses dépenses d’importation en médicaments et en produits pharmaceutiques durant les huit premiers mois de l’année en cours par rapport à la même période de l’année précédente.

Le ministère attribue cette baisse appréciable à une meilleure négociation des prix auprès des fournisseurs étrangers, mais aussi à la relance de l’industrie pharmaceutiques nationale qui a épargné au pays de recourir à l’importation de certains produits fabriqués localement.

Selon les chiffres rendus publics par le Cnis (Centre national de l’informatique et des statistiques) des douanes, la facture d’importation des produits pharmaceutiques s’est établie à 1,22 milliard de dollars contre 1,62 milliard durant les huit premiers mois de 2014.

Le volume des importations à été réduit de 13 % durant la période considérée par rapport à la même période de 2014, indiquent les statistiques douanières. Ainsi, les quantités importées sont passé de 20 044 tonnes à 17 454 tonnes, précise la même source.

La baisse des dépenses constatée de janvier à août a concerné l’ensemble de la composante des produits pharmaceutiques, tandis que la baisse des quantités importées a concerné uniquement les médicaments à usage humain, alors que celles des produits destinés à la médecine vétérinaire et des produits para-pharmaceutiques ont affiché des hausses.

« La facture des médicaments à usage humain, qui a représenté plus de 95% de la facture globale des importations des produits pharmaceutiques, s’est réduite de 24,87 % en passant à 1,16 milliard usd contre 1,54 milliard usd », détaille le Cnis, tout en précisant que les quantités importées ont également baissé de 15 906 tonnes contre 18 828 tonnes, soit une diminution de 15, 52 %. Les importations des produits parapharmaceutiques se sont établies à 40,27 millions usd (1.056 tonnes) contre 49,11 millions usd (830 tonnes), soit une baisse de 18 % en valeur et une hausse de 27,23 % en quantité.

Quant aux médicaments à usage vétérinaire, leurs importations ont atteint 20,39 millions usd (490,96 tonnes) contre 22,49 millions usd (385,64 tonnes), soit un recul de 9,34% en montant et une hausse de plus de 27 % en quantité.

Pour le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière cette réduction des dépenses est due à une meilleure négociation des prix auprès des laboratoires étrangers. « Nous avons adopté une nouvelle méthodologie de fixation des prix, basée sur la comparaison des prix à l’international afin d’obtenir les meilleurs prix en Algérie lors de l’enregistrement des produits, dans le cadre de la maîtrise de la facture des importations », avait indiqué récemment à l’APS le directeur des produits pharmaceutiques auprès de ce ministère.

En effet, les importations des médicaments sont soumises à des autorisations préalables qui sont délivrées annuellement par le ministère de la Santé qui négocie avec les fournisseurs les prix d’accès, et fixe les marges au niveau de la distribution et le prix final au consommateur. Les autorités ont donc profité de l’occasion du renouvellement des décisions d’enregistrement des médicaments afin de renégocier l’ensemble des prix des médicaments importés en Algérie, en les comparant à ceux appliqués dans un certains nombre de pays de référence (pays voisins, ceux de la rive sud de la Méditerranée et certain pays européens).

Cette nouvelle méthodologie a permis d’obtenir une baisse d’au moins 10% par rapport aux marchés européens, avait précisé le même responsable, ajoutant que les services du ministère veillent à ce que les prix en Algérie restent les plus avantageux dans la région. En 2014, la facture des importations des produits pharmaceutiques avait atteint près de 2,6 milliards usd.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email