-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie prête à prendre en charge les maladies virales

L’Algérie prête à prendre en charge les maladies virales

Aucun cas de contamination par le virus Ebola n’a été enregistré en Algérie, selon le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.

Le ministre, qui répondait à la question orale d’un membre du Conseil de la nation sur les mesures prises par son département pour faire face aux épidémies apparues dans certains pays, tels le virus d’Ebola et de Corona, a précisé que le dispositif d’alerte mis en place en 2006 a été renforcé au niveau des ports, des aéroports et des frontières en assurant que l’activation de ce dispositif a permis à l’Algérie d’être « entièrement prête » à prendre en charge tout cas suspect de maladie infectieuse identifiée.

Présentant la politique de son département pour parer à la propagation de certaines maladies à virus grâce à l’activation du dispositif d’alerte, il a ajouté que « sur instruction » du Premier ministre et à l’occasion du retour des hadjis algériens des Lieux saints, des unités médicales ont été installées au niveau des aéroports, affirmant que les décès enregistrés parmi les pèlerins ne sont pas dus à une maladie virale.

Le ministre de la Santé a, en outre, indiqué que le dispositif d’alerte prévoit une série de mesures dont, notamment, la publication d’informations relatives à toute maladie virale suivant les instructions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il a rappelé que ce système a été activé en 2009 pour faire face à la grippe porcine et au coronavirus en 2013.

M. Boudiaf a annoncé, par ailleurs, le lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière à partir du 14 octobre, affirmant que les vaccins sont disponibles dans toutes les structures sanitaires et les pharmacies. Les professionnels de la santé estiment que la propagation des maladies virales impose, en plus de ce système d’alerte, le renforcement de l’hygiène dans les hôpitaux à travers la création d’une société de stérilisation.

La création d’une société algérienne de stérilisation a été recommandée avant-hier à Alger par des spécialistes qui ont soulevé l’impact de cette spécialité sur la santé du malade, dans un contexte national marqué par des risques sanitaires importants, conjugué aux épidémies évoluant à l’échelle mondiale.

La mise en place d’une société algérienne de stérilisation permettrait d’encadrer cette activité et participerait à l’élaboration de sa réglementation, a expliqué le Pr Houari Abed, ex-pharmacien en chef à l’hôpital Nafissa Hamoud (ex-Parnet) d’Alger, en marge de la journée internationale d’hygiène hospitalière, organisée par Nosoclean, une société algérienne spécialisée en produits d’hygiène et de désinfection.

Le Pr Abed a expliqué qu’un tel cadre pourrait servir l’hygiène des hôpitaux et la bonne prise en charge des malades. De son côté, le Dr Mohamed Hamlaoui a indiqué que la mise en place d’une société savante devrait permettre l’élaboration d’un programme scientifique dans le domaine de la formation et la définition d’objectifs clairs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email