L’Algérie plaide pour un Moyen-Orient sans armes nucléaires – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

L’Algérie plaide pour un Moyen-Orient sans armes nucléaires

L’Algérie plaide pour un Moyen-Orient sans armes nucléaires

L’Algérie puise ses positions sur les questions de désarmement et de non-prolifération de ses obligations au titre du traité international dans ce domaine, mais aussi des conséquences désastreuses des essais nucléaires français au Sahara algérien.

C’est ce qu’a souligné le délégué permanent de l’Algérie à Vienne, Larbi Latroch, qui a appelé à l’application des décisions de la 3e session de la conférence sur la création au Moyen-Orient d’une zone exempte d’armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive.

Latroch, qui conduit la délégation algérienne lors du débat général de la 67e session de la conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a déploré les progrès insuffisants dans le processus visant à débarrasser le monde des armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive après les échecs répétés de la conférence d’examen du traité de non-prolifération (TNP), ce qui implique, a-t-il dit, « de consentir davantage d’efforts dans le cadre d’une approche équilibrée entre les trois piliers du TNP ».

Le chef de la délégation algérienne a salué la tenue de la 3e session de la conférence sur la création au Moyen-Orient d’une zone exempte d’armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive, appelant à lever les obstacles qui empêchent la mise en œuvre de la décision de création de cette zone » qui est à même de jouer un rôle important dans la consolidation de la paix et de la sécurité aux niveaux régional et international comme c’est le cas en Afrique où le traité de Pelindaba est en vigueur.

L’ambassadeur algérien a réaffirmé également l’importance accordée par l’Algérie au Traité d’interdiction totale des essais nucléaires.

Latroch a réaffirmé également le soutien de l’Algérie aux efforts de l’Agence pour que les pays en développement puissent bénéficier davantage de l’usage pacifique de l’énergie nucléaire, notamment dans les domaines de la santé, de l’agriculture, des ressources hydriques et de l’environnement.

Lors du débat général, l’ambassadeur Latroch a salué le niveau d’exécution des activités de coopération technique avec l’Agence conformément aux priorités nationales pertinentes, mettant en exergue les différents efforts consentis par l’Algérie pour renforcer les capacités relatives à l’usage pacifique de la technologie nucléaire.

Il a souligné que « l’Algérie accompagne l’Agence dans le processus de renforcement des capacités des pays africains frères notamment dans le domaine de la médecine radiologique à travers la formation disponible dans les centres nationaux spécialisés ».

Dans le cadre de la présidence tournante de l’Algérie de l’Accord régional de coopération pour l’Afrique sur la recherche, le développement et la formation dans le domaine de la science et de la technologie nucléaires (AFRA) à partir de septembre 2023, M. Latroch a mis en avant la détermination de l’Algérie à poursuivre ses efforts visant à accompagner nos frères africains dans le domaine des sciences et des applications nucléaires.

Il convient de rappeler que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) juge, selon le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, « précieux et essentiel » le rôle de l’Algérie en Afrique en faveur de l’Accord régional de coopération pour l’Afrique sur la recherche, le développement et la formation dans le domaine de la science et de la technologie nucléaires (AFRA), en termes de gestion, d’expertise, de formation et de mise à disposition de l’infrastructure nationale y afférente.

L’Algérie, l’un des fondateurs de l’AFRA, « œuvre depuis l’entrée en vigueur dudit accord, en avril 1990, à soutenir les efforts visant à consolider et pérenniser la coopération entre les pays membres, affirmant, sans cesse, son engagement vis-à-vis des activités régionales menées dans ce sens, et son attachement à réaliser le principal objectif de l’AIEA, à savoir promouvoir les utilisations sûres de l’énergie atomique pour contribuer à la paix et au bien-être à travers le monde ».

Arkab avait également mis en avant, lors de l’ouverture des travaux de la 34e Réunion du groupe de travail technique de l’AFRA, en juin dernier à Alger, la participation « soutenue » de l’Algérie au programme régional africain dans le cadre de l’AFRA, et sa contribution dans plusieurs domaines pour faire profiter les autres pays africains de son expertise, se félicitant des cinq centres régionaux désignés par l’AFRA qu’elle compte actuellement, activant dans les domaines de la formation dans la protection contre les radiations, l’étalonnage dans le cadre de mesures dosimétriques, la formation dans la médecine nucléaire, la sécurité alimentaire et la formation dans l’utilisation et la maintenance des appareils nucléaires.

L’Algérie « s’est engagée à renforcer la coopération régionale et à soutenir la coopération sud-sud, qui demeure un levier de développement », avait ajouté le ministre, tout en soulignant « sa ferme détermination à apporter aux pays de la région aide et assistance en termes de formation des ressources humaines et d’expertise nécessaire ».

Il avait notamment rappelé la participation de l’Algérie aux récentes initiatives de l’AIEA, notamment au projet d’action intégrée contre les zoonoses dit « Zodiac » visant à identifier les agents pathogènes zoonotiques, et à l’initiative phare « NUTEC » tendant à relever le défi mondial de la pollution par le plastique, ainsi qu’à l’initiative « Rayons d’espoir » devant permettre à de nombreux pays de créer et de renforcer des capacités sûres, sécurisées et efficaces dans le domaine de la médecine radiologique, afin de combler le manque énorme d’équipement et de personnel hautement qualifié et bien formé dans les pays en développement.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email