-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie n’attire pas les touristes : Défaillances dans la promotion du secteur

L’Algérie n’attire pas les touristes : Défaillances dans la promotion du secteur

A la recherche de bonnes prestations et à des prix à la portée de leur bourse, les Algériens sont de plus en plus nombreux à traverser la frontière pour passer les vacances. Pourtant l’Algérie n’a rien à envier à ces pays. Disposant d’un potentiel touristique énorme, elle peine à offrir une formule qui laisserait les Algériens opter pour la destination Algérie.

Les raisons ne sont autres que le coût et la qualité des prestations de service. A cela s’ajoute la défaillance en matière de promotion du tourisme, comme l’a révélé, hier au Forum d’El Moudjahid, Zoubir Mohamed Sofiane, directeur général du tourisme au ministère. Une mission dévolue normalement à l’Office national du tourisme (ONT) mais qui n’arrive pas à mener à bien. « L’Office traverse une crise financière et son statut ne lui permet pas d’accomplir sa mission », a-t-il précisé. Plus que cela, les investisseurs dans le secteur sont confrontés à beaucoup d’obstacles, chose qui entrave le développement du tourisme.

Un état de fait confirmé par l’invité d’El Moudjahid qui plaide pour l’accompagnement de ces investisseurs, moteur de développement du tourisme. Il a indiqué que c’est un total de 2 200 projets touristiques qui sont enregistrés au ministère, 850 sont en cours de réalisation avec un taux d’avancement de 70%. Mais plus de 1 000 autres ne sont pas encore lancés, dont 500 souffrant de problèmes liés au financement et d’autres aux lenteurs administratives, notamment en ce qui concerne la délivrance des permis de construction. Les étrangers sont également habilités, précise le directeur du tourisme, à investir dans le secteur. C’est d’ailleurs le cas, puisque dix grands projets mixtes sont en cours de réalisation et seront réceptionnés dans les deux prochaines années. Les Saoudiens et les Chinois sont essentiellement les principaux partenaires de l’Algérie.

Sur la question du choix des Algériens qui optent pour des vacances à l’étranger, Zoubir Mohamed-Sofiane estime que ce n’est pas propre à l’Algérie. Il cite l’exemple de la France où, selon lui, 64% des Français passent leur congé dans d’autres pays. « Peu d’Algériens passent leurs vacances à l’étranger. L’année passée ils étaient 3,5 à 4 millions à le faire », a-t-il précisé, signalant dans la foulée une grande fréquentation des plages l’année passée, soit 10 millions, alors qu’ils ne sont que 3 millions de touristes étrangers à avoir visité l’Algérie et on table sur 4 millions pour cette année.

S’agissant de la saison estivale, ce responsable du tourisme a mis en exergue le travail accompli par le département ministériel pour sa réussite. « Les préparatifs ont débuté en décembre 2018 à travers l’organisation de plusieurs rencontres », a-t-il précisé. 89 établissements hôteliers seront en outre réceptionnés durant cette saison, renforçant ainsi le parc hôtelier avec plus de 11 000 lits, principalement dans les wilayas côtières. Cependant, d’autres formules d’hébergement, comme l’hébergement chez l’habitant, sont à adopter pour satisfaire la demande croissante. « On travaille pour la généralisation de cette formule qui ne concerne actuellement que les régions nord du pays », a-t-il expliqué.

Sur le volet contrôle, le même responsable a indiqué que ce sont des inspecteurs du tourisme au niveau local qui veillent sur le respect des normes et non pas sur les tarifs, qui sont libres. Une rencontre nationale regroupant tous les acteurs du tourisme est prévue pour la fin de ce mois ou le début du mois d’août, afin de discuter de tous les problèmes et essayer d’y remédier. Enfin, l’invité du Forum n’a pas omis de souligner que le tourisme est une affaire de tous.Lorsqu’un maillon manque c’est toute la chaîne qui est perturbée.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email