-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie devrait importer 7,3 Mt de blé en 2016

L’Algérie devrait importer 7,3 Mt de blé en 2016

Les importations de l’Algérie en blé devraient atteindre 7,3 millions de tonnes (Mt) durant la campagne commerciale céréalière 2015-2016, selon les prévisions du Conseil international des céréales (CIC).

Ce chiffre classe l’Algérie dans la case des pays gros importateurs de blé tels que l’Egypte, qui devrait finir avec 10,5 Mt de blé, ou encore l’Indonésie avec 8,1 Mt. Durant les cinq premiers mois de l’année, les importations nationales en blé se sont accrues de 13,2% en atteignant 4,14 mt contre 3,66 mt à la même période de l’année précédente.

La France, en tant que premier fournisseur de l’Algrie,y a pratiquement perdu sa place notamment avec une moisson de blé catastrophique en raison des intempéries du printemps qui ont fortement endommagé les cultures.

Ce traditionnel fournisseur de l’Algérie fait face à des concurrents qui proposent du blé moins cher et de meilleure qualité. Selon la presse française, les ventes de blé à l’étranger suscitent l’inquiétude de la France, d’autant plus que certains grands acheteurs de blé comme l’Algérie sont très exigeants sur la qualité. Et le blé français est actuellement plus cher que ses concurrents internationaux.

Il est noté les inquiétudes du principal syndicat agricole français, la FNSEA, qui avait annoncé récemment s’attendre à un blé de moindre qualité et d’une baisse d’environ un quart de la récolte de blé française en 2016, et ce en raison des intempéries.

« La situation climatique marquée par une très forte humidité en mai-juin a favorisé l’apparition de maladies ainsi qu’un manque de luminosité qui a empêché les épis de blé de mûrir correctement », a-t-on détaillé. Au total, la France a produit cette année 28,68 millions de tonnes de blé, contre 40,89 millions de tonnes en 2015.

Qualifiée de la pire campagne céréalière depuis 30 ans, cette mauvaise récolte a, pour la première fois, déclassé la France en tant que premier exportateur de blé en Europe, au profit de l’Allemagne, selon les spécialistes du marché céréalier. Les chiffres officiels sont probants : ce pays devrait réserver plus de 16 millions de tonnes au marché interne pour la consommation humaine et l’alimentation de bétail.

Par ailleurs, plus de 7 millions de tonnes seront exportées vers les pays de la zone européenne.
Pour ses clients au Maghreb, principalement l’Algérie et le Maroc, il ne lui reste plus à la France que 5 millions de tonnes de blé disponibles pour l’exportation vers ces pays, contre près de 13 millions de tonnes l’an dernier.

Agritel, une société experte en stratégies des marchés agricoles et agro-industriels, estime que les pays du Maghreb se tourneront probablement vers le blé de Mer Noire et de Russie, après la baisse de sa production céréalière de 60%. Ces traditionnels clients de la France se tourneront également vers les Etats-Unis, le Canada et l’Australie, qui ont eu ou prévoient de bonnes récoltes », a-t-on encore prévu.

On peut en déduire que la situation du marché céréalier profite aux pays consommateurs, qui devrait mettre les bouchées doubles pour alimenter leurs stocks. Car contrairement à la situation critique en France, il y a une offre abondante dans le monde qui fait que les cours mondiaux du blé soient actuellement bas. Selon le dernier rapport du CIC pour 2016-2017, l’offre est très abondante à travers la planète.

En outre, cette même institution table sur une production mondiale qui devrait tout de même atteindre le deuxième plus gros volume jamais enregistré. « Malgré la forte demande attendue, une nouvelle hausse des stocks de report mondiaux est probable à la fin de la campagne », a-t-on prédit.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email