-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie défend sa copie sur la promotion des droits de l’Homme

L’Algérie défend sa copie sur la promotion des droits de l’Homme

L’Algérie a défendu hier à Genève devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies sa copie sur l’amélioration des droits de l’Homme depuis 2012. C’est ce qu’ont indiqué des sources diplomatiques algériennes.

« L’Algérie, qui compte parmi les premiers pays ayant fait l’objet de l’examen dans le cadre de l’examen périodique universel (en 2008 et 2012), s’est attelée, depuis, à concrétiser les recommandations qu’elle a acceptées en vue de l’amélioration de la jouissance de tous les droits de l’homme », ont fait savoir les mêmes sources citées par l’APS.

La question des droits de l’Homme a été l’un des dossiers qui a contraint l’Algérie à revoir depuis 2 001 son dispositif légal notamment en matière des droits des prisonniers, de la détention ainsi que la formation de services de sécurité aux droits de l’homme.

En 2012, l’Algérie a présenté un rapport sur les droits de l’Homme devant l’examen périodique universel et indiqué avoir réalisé, depuis la soumission de son premier rapport le 14 avril 2008, d’ « importantes avancées en matière d’élargissement des espaces de liberté et de respect des droits de l’Homme ». Pour l’Algérie, l’« examen périodique universel » est un « outil privilégié d’évaluation et d’amélioration de la situation des droits de l’Homme dans le monde ».

L’Algérie entretient, en outre, « une coopération permanente » avec toutes les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme, selon les mêmes sources, rappelant que « c’est dans cet esprit qu’elle a lancé, en mars 2010, une invitation à sept détenteurs de mandats thématiques pour des visites de travail en Algérie ».

Parmi les sept rapporteurs invités en Algérie, quatre ont déjà effectué des visites dans le cadre de l’examen périodique universel et dont « les observations pertinentes, qui relèvent de leurs mandats respectifs, ont fait l’objet d’un examen attentif des pouvoirs publics ».

L’Algérie, qui est membre fondateur du Conseil des droits de l’homme créé en 2006, a participé à l’élaboration de l’ensemble des règles de fonctionnement de ce dernier. En novembre 2013, elle a été élue au Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour la période 2014-2016, avec une majorité de 164 voix. Le Conseil des droits de l’homme créé en 2006 est le principal organe intergouvememental de l’ONU chargé des droits de l’Homme.

Il a remplacé dans le cadre du programme de réformes lancé par le secrétaire général, la Commission des droits de l’homme, dont il a pris la plupart des mandats, mécanismes, fonctions et responsabilités dont elle était chargée. Mercredi dernier, la directrice de la section algérienne d’Amnesty International, (AI) Hassina Oussedik, a relevé une avancée « qualitative » en matière de droits des femmes en Algérie.

Elle a déploré, en revanche, des « entraves » à certaines libertés individuelles et collectives dont celui de manifester publiquement, le considérant comme étant un droit « fondamental ». Elle a appelé, par conséquent, à « lever » les restrictions sur « l’expression libre » appelant aussi à lever les entraves inhérentes à la constitution et à l’activisme des associations.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email