L’Algérie de l’Algérien Pierre Chaulet – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

L’Algérie de l’Algérien Pierre Chaulet

L’Algérie de l’Algérien Pierre Chaulet

Pneumologue émérite, moudjahid de la première heure pour l’Indépendance de son pays, l’Algérien Pierre Chaulet a dit adieu à son peuple le 5 octobre 2012. Des hommages, des bios et du beau à son sujet, les journalistes, les politiques, les compagnons, les biographes et les historiens, s’en sont déjà chargé. Dans la présente chronique, c’est l’itinéraire d’une vie militante de cet Algérois d’exception qui fait sens. Car il est le miroir de ce que l’Algérie possède et produit de meilleur.

C’est la signification même du choix d’être entièrement et tout simplement Algérien qui éclaire puissamment le combat de sa vie. Celui d’un homme né Français sur sa terre algérienne. Et qui, en profonde conscience, avait choisi les racines de la terre natale. Et lié son destin à celui du peuple algérien tout entier, alors même qu’il pouvait se confondre avec celui de sa communauté d’origine. Mais M. Pierre Chaulet n’est pas Albert Camus. Dans le sens où lui, l’Algérien, ne s’est posé aucune question au sujet d’une option douloureuse entre sa mère et la justice. Entre la communauté matricielle et l’entité plus large, le peuple algérien.

En 1967, élu municipal distingué à Alger, il expliquait à un journaliste français, avec des mots simples et paisibles, pourquoi il avait choisi d’être Algérien et d’être spontanément de la lutte pour la dignité et la liberté de son peuple. Sur ses lèvres revenaient alors des vocables comme «militant», «mes concitoyens» ou encore «j’ai choisi la nation». Il disait qu’«en Algérie, il y avait les Algériens» et «ceux qui aimaient l’Algérie sans les Algériens».

M. Pierre Chaulet, lui, avait fait le choix d’être lui-même pareil à lui-même, c’est-à-dire Algérien. Alors, aux yeux de ceux qui aimaient l’Algérie sans les Algériens, il avait «perdu le sens commun». Mais il l’avait déjà perdu quand il militait, avant d’être lui aussi un «fils de la Toussaint», dans l’Association de la jeunesse algérienne pour l’action sociale. Au contact d’autres Algériens tels Henri Maillot, Maurice Audin, Lamine Khène, Mohamed-Seddiq Benyahia et Bélaid Abdesselam, il avait vite compris qu’il n’y avait pas un problème algérien en Algérie mais un problème colonial.

Avec d’autres amis, des humanistes pétris de valeurs du christianisme social tels Pierre Roche et Pierre Propie, avec l’appui précieux et complice de l’Abbé Jean Scotto et sous l’influence bienveillante d’André Mandouze, il avait suscité au sein de l’Eglise d’Algérie un courant de pensée iconoclaste.

Novateur, le résultat était même révolutionnaire : cette branche progressiste dissociait la foi catholique de la domination coloniale. Mais M. Pierre Chaulet ne s’était pas contenté de professions de foi anticolonialistes. Il rejoindra rapidement l’action révolutionnaire, moins d’un mois seulement après le déclenchement de la guerre de Libération. Et par le canal de la légitimité révolutionnaire, celui D’Abbane Ramdane dont il fut un des tous premiers compagnons.

Homme de missions clandestines et sensibles du FLN dans l’Algérois, il est arrêté deux fois, en novembre 1956 et en février 1957. Les deux mois passés à la prison algéroise Barberousse, à proximité du couloir de la mort, forcirent ses convictions militantes et renforcèrent sa confiance dans le choix de défendre la juste cause de son peuple. Expulsé d’Algérie par le gouverneur général Lacoste, il rejoint Tunis où sa talentueuse polyvalence de médecin et de journaliste furent si précieuses pour la Révolution.

Plume percutante, il contribua, de manière décisive, à la création et à l’essor de l’appareil de propagande du FLN, notamment avec la création de sa première banque de données et d’images et la réalisation du premier court métrage algérien sur la Révolution, «Djazairouna».

Ami fraternel de Frantz Fanon, il l’avait repéré à l’hôpital psychiatrique de Blida, dès 1955, et l’avait présenté à Abbane Ramdane qui avait un urgent besoin d’un psychiatre pour prendre en charge les combattants de la Liberté. Bien entendu, la liste de ses actions militantes et de ses actes d’héroïsme reste à établir par les historiens et ses anciens compagnons de lutte encore en vie.

Cependant, s’il y a une action plus forte que toutes les autres, car infiniment plus symbolique, c’est bien celle qui a trait à la Plateforme de la Soummam. En 1956, Pierre Chaulet et Claudine, sa compagne de toujours et à jamais, traversèrent la Kabylie avec le texte de la Charte de la Soummam dans les langes de leur nouveau-né ! C’est donc grâce au courage et à la foi militante du couple que le monde en avait pris connaissance.

De ce combat libérateur et de la lutte pour l’émancipation du peuple algérien après l’Indépendance, Pierre et Claudine Chaulet s’en sont fait acteurs, témoins et narrateurs dans un livre dense et poignant, «le Choix de l’Algérie, deux voix, une mémoire», heureuse édition de Barzakh, en mars 2012. Récit autobiographique et témoignage historique de première valeur, il raconte aussi un couple heureux qui a gravé son bonheur dans le marbre du combat pour la dignité et l’indépendance de leur peuple. Tendresse d’une vie, née et épanouie dans l’amour du pays bien-aimé.

Bien plus tard, en avril 2007, le professeur Pierre Chaulet signe, avec une quarantaine d’autres personnalités, un brillant texte de «Principes fondateurs d’une coordination républicaine pour un changement démocratique moderne». Les formules du diagnostic politique sont chirurgicalement justes : «dirigisme étatique», «libéralisme débridé», «courses aux places et aux prébendes», «confusion politique», «querelles de clans», «jeunesse désorientée», «population traumatisée par la violence».

L’idéal à atteindre : Une «démocratie moderne», fondée sur la justice sociale, la solidarité et l’unité nationales et portée par un «Etat fort soumis au contrôle démocratique». Le compagnon d’Abbane Ramdane est parti avec ce rêve.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email