-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie craint une escalade dangereuse

L’Algérie craint une escalade dangereuse

L’Algérie exhorte les responsables des mouvements signataires de l’accord de paix au Mali à assumer pleinement leur responsabilité et à agir promptement afin que cessent ces agissements.

Suite aux affrontements meurtriers ayant fait des morts entre des groupes armés, signataires de l’Accord de paix au Mali, jeudi passé à Aguelhok, dans la région de Kidal, le ministère des Affaires étrangères a réagi, disant suivre avec attention la situation.

Selon un communiqué du MAE, « ces affrontements qui ont opposé des éléments appartenant à des groupes armés signataires de l’Accord de paix au Mali, issu du processus d’Alger, constituent des violations graves des termes de cet accord et affectent l’esprit d’entente qui anime les différentes parties maliennes dans sa mise en œuvre effective », déplore le communiqué.

Le document ajoute que ces développements négatifs, qui profitent en premier lieu aux activités des groupes terroristes et au crime organisé dans la région, « risquent de porter atteinte à la crédibilité des mouvements signataires de l’Accord de paix et à leur engagement de manière résolue dans le processus de paix ». 

La même source conclut, enfin, par un appel au calme et à la sagesse, soulignant que « l’Algérie exhorte les responsables des mouvements signataires de l’accord de paix à assumer pleinement leur responsabilité et à agir promptement afin que cessent ces agissements, à privilégier le dialogue et la concertation et à intensifier les efforts visant à surmonter les difficultés sur le terrain ».

Jeudi dernier deux signataires de l’accord de paix ont à nouveau violé le cessez-le-feu. Des combats ont débuté près d’Aguelhoc dans le nord du Mali.

Les civils sont depuis plusieurs mois entre deux feux alors que les tensions intercommunautaires grandissent dans la région de Kidal. L’ONU tire la sonnette d’alarme et menace. Les affrontements ont eu lieu entre des éléments de la CMA et la Plateforme. Des morts et des blessés ont été enregistrés.

Ces combats interviennent au moment où le gouvernement malien s’affaire pour le retour, le 20 juillet, de l’administration et de l’armée à Kidal. La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a condamné les violations du cessez-le-feu par la CMA et la Plateforme. Les violations comprennent des mouvements de convois armés dans la région de Kidal, des provocations et des combats, qui en sont la parfaite illustration. 

« Ces agissements de la part des mouvements sont d’autant plus condamnables qu’ils font fi de tous les appels que nous n’avons cessé de lancer à leurs dirigeants ; de faire preuve de sagesse et d’agir avec responsabilité », a déclaré M. Mahamat Saleh Annadif, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Mali et chef de la Minusma.

Pour la Minusma, si les affrontements persistent, ils affecteront non seulement la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, profitant ainsi au terrorisme pour gagner davantage du terrain, mais risquent également de saper la confiance des Maliennes et Maliens et de la communauté internationale tout entière en la bonne foi des mouvements signataires en tant que partenaires sérieux et crédibles dans la quête du Mali pour une paix durable », a déclaré M. Annadif.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email