-- -- -- / -- -- --
Op-Ed

L’Algérie avant tout !

La crise provoquée par la protestation spectaculaire des policiers n’est pas encore dépassée qu’on apprend que les Patriotes s’apprêtent à marcher sur Alger.

C’est à partir de Haouch Gros, localité de la banlieue de la capitale d’où feu Sellami lança la résistance armée contre la pègre intégriste, qu’environ trois mille ex-Patriotes comptent battre à leur tour le pavé afin de porter leurs revendications aux portes de la Présidence de la République. En temps normal, pareille manifestation ne pourrait qu’attirer la sympathie et le soutien de larges pans de la population algérienne, reconnaissante à l’endroit des héros qui ont su déjouer, au péril de leur vie, la vaste entreprise de destruction de l’Algérie par les terroristes. Mais, ces derniers jours, il faut reconnaître qu’il y a du gaz dans l’eau.

Quel Algérien, militant éclairé de la gauche anti-intégriste ou patriote à la bravoure inégalée durant la décennie sanglante, peut appréhender sans inquiétude le déploiement de la Garde républicaine aux alentours d’El Mouradia ? Qui n’a pas compris qu’il se passait des troubles politiques assez sérieux au sommet de l’Etat, pour qu’on prenne le soin de ne pas rajouter de l’huile sur le feu quand le pays s’applique à stabiliser la sous-région sahélo-saharienne, en dépit de luttes internes et en sourdine, pour la succession au pouvoir ? Il n’est point de leçon de responsabilité à donner à ceux qui ont sauvé la Nation, mais le Jeune Indépendant, jaloux de cette ligne que certains qualifient d’ »ultra nationaliste », s’autorise cette mise en garde contre les débordements qui peuvent transformer de bonnes intentions républicaines en prétextes pour le pire.

En tant que canard profondément solidaire de tous les Patriotes du pays, qu’ils soient demeurés humbles et courageux ou qu’ils se soient embourgeoisés après la victoire contre la bête immonde. Notre évaluation du risque n’a donc rien à voir avec une caution en faveur de ceux qui se sont soulevés contre l’idée d’une marche pour des motifs politiciens. Bien au contraire, c’est encore une fois au nom de ce slogan qui rappelle douloureusement un autre drame récent qui a endeuillé la Présidence de la République, celui qui place « l’Algérie avant tout ! »
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email