-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie aurait demandé d’importants armements à la Russie

L’Algérie aurait demandé d’importants armements à la Russie

La visite officielle du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en Russie, qui remonte au 27 avril passé, n’a pas dévoilé tous ses secrets.

Une visite stratégique appuyée par d’importants contrats d’armements que l’Algérie a signés avec son fournisseur traditionnel, la Russie. Les secrets de cette visite viennent d’être dévoilés par l’agence iranienne Mehr et l’autre agence russe Sputnik.

Moscou a reçu une grande demande d’armements de l’Algérie, c’est ce qu’a révélé avant-hier l’agence iranienne Mehr. Selon cette agence, malgré une crise économique générale en Algérie, en raison de la baisse des revenus provenant de la vente de pétrole et de gaz, le gouvernement d’Alger a décidé d’augmenter ses achats d’armements.

Dans ce cadre, Alger avait proposé à la Russie, à l’occasion de la visite officielle de deux jours qu’avait effectuée le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Moscou, les 27 et 28 avril passé, plusieurs nouveaux contrats d’armements, dont celui des systèmes antiaériens S-400.

Sergueï Tchemezov, directeur général de la corporation d’Etat Rostec, a confirmé la demande d’Alger concernant le système S-400. Il a ajouté que Moscou avait reçu aussi des demandes algériennes pour des missiles sol-air Buk-M2E et Antey-2500.

Le directeur général de Rostec a ajouté que la demande algérienne portait aussi sur l’achat de systèmes antiaériens Tor, de bombardiers SU-24, d’hélicoptères MI-28, de chars T-90 et de véhicules blindés BMP-T Terminator. Jusqu’à présent, la Russie n’a livré ses systèmes S-400 à aucun pays étranger. La Chine a signé un contrat avec Moscou à cet effet, mais M. Tchemezov a souligné que ces systèmes ne seront pas livrés à Pékin avant 2018.

L’Algérie, quant à elle, possède déjà des systèmes S-300, ce qui laisse envisager que ce pays pourra facilement avoir accès aux systèmes S-400. Selon des experts, l’accès à ce type de matériel sophistiqué augmentera le poids militaire du pays et pourrait entraîner le Maroc dans une course aux armements. Faut-il le rappeler, l’Armée nationale populaire (ANP) s’est dotée, cette année, des hélicoptères d’attaque des plus redoutables dans le monde, les Mi-28 NE, de fabrication russe.

Le fournisseur traditionnel en armement, la Russie, s’est félicitée de ce contrat de vente avec son partenaire traditionnel, l’Algérie (voir l’édition du Jeune Indépendant du 31 mai 2016).
Un contrat qui s’ajoute à d’autres, signés au cours des cinq dernières années, faisaient de l’Algérie l’un des plus importants clients de la Russie.

Comptant, d’après les Américains, parmi les équipements militaires russes les plus redoutables utilisés par l’armée russe, des hélicoptères Mi-28NE ont été livrés à l’Algérie.
Deux des 42 hélicoptères d’attaque russes Mi-28NE achetés par l’Algérie ont été livrés la semaine dernière.

Le 26 mai, deux hélicoptères d’attaque Mi-28NE ont été livrés sur une base aérienne dans le sud de l’Algérie par un avion-cargo Antonov 124. Les hélicoptères sont actuellement en cours de montage, écrit le site d’information algérien SecretDifa3.
Afin de faire face à la menace terroriste, l’Algérie et la Russie ont signé le 26 décembre 2013 un contrat portant sur la livraison de 42 hélicoptères d’attaque russes Mi-28NE.

L’année dernière, le pays a également acheté une douzaine de chasseurs-bombardiers russes Su-32 et Su-34 pour un montant d’environ 600 millions de dollars ainsi que des avions de transport Il 76MD 90A.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email