-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’Algérie à la tête du Comité de l’OPEP

L’Algérie à la tête du Comité de l’OPEP

L’Algérie présidera le Comité technique de haut niveau de l’Opep chargé du monitoring du marché pétrolier et de l’application de l’accord d’Alger conclu le 28 septembre dernier par les membres
du cartel en marge de la 15e édition du Forum international de l’énergie.

C’est ce qu’a appris le Jeune Indépendant auprès de la délégation algérienne participante au sommet Opep-non opep, tenu à Istanbul, en marge du Congrès mondial de l’énergie. Ce comité qui regroupe les représentants de chaque pays membre de l’OPEP aura pour mission de surveiller le marché pétrolier, un rôle que l’OPEP a abandonné depuis 2008.

La mise en place de ce Comité technique de haut niveau avait été décidée lors de la réunion extraordinaire de l’Opep tenue le 28 septembre à Alger, qui avait été couronnée par la décision de réduire sa production pétrolière à un niveau allant entre 32,5 mbj et 33 mbj.

Le comité sera aussi chargé essentiellement de définir les mécanismes de réduction de la production de chaque pays membre de cette organisation pétrolière dans le cadre de la mise en œuvre de la décision prise par l’Opep à Alger.

Ce Comité technique se réunira les 28 et 29 octobre en cours à Vienne (Autriche) et dont les résultats des travaux seront présentés lors de la conférence formelle de l’Opep prévue en novembre prochain à Vienne. « Les pays non membres de l’Opep se joindront à ce comité technique le 29 octobre pour coordonner leurs actions et discuter des meilleurs moyens pour équilibrer et stabiliser les marchés (pétroliers) », a indiqué la même source.

Le Comité aura la charge de préparer son rapport au secrétariat général de l’Opep pour être examiné lors du prochain sommet de Vienne. Dans ce rapport, le comité soumettra des recommandations, des analyses et des propositions, voire des mécanismes pour la réalisation de la réduction de la production et la répartition des quotas pour chaque pays membre du cartel.

Dans cette optique, il faudra attendre que l’Iran parvienne à son niveau de production d’avant l’embargo occidental, soit quatre millions de barils/jour et que les pays membres règlent leurs robinets pour les mettre à jour avant l’entame de 2017.
Car, il faut au moins quatre mois pour éponger les 100 millions de barils de trop, si les producteurs réduisent d’au moins un million de barils/jour.

Depuis la décision de l’Opep de réduire sa production, les prix du Brent ont enregistré un redressement en se plaçant à plus de 51 dollars et ont même dépassé les 53 dollars lundi dernier à Londres. Le ministre de l’Energie, M. Noureddine Boutarfa ? avait pris part mercredi dernier à la réunion Opep-non opep, d’Istanbul.

Les pays non membres de l’Opep ont été invités à se joindre à la réunion du Comité technique de haut niveau, mis en place par l’Opep suite à l’accord d’Alger le 28 septembre 2016. Dans le cadre du Congrès mondial de l’énergie, le ministre de l’énergie, M. Noureddine Boutarfa, a également participé à la réunion ministérielle tenue à huis-clos et dédiée au trilemme énergétique mondial.

A l’issue de cette rencontre au sommet, il a eu des échanges avec le Président vénézuélien, M. Nicolás Maduro, son ministre du Pétrole, M. Eulogio Del Pino, le président de l’Opep et ministre qatari Dr. Mohammed Bin Saleh Al-Sada et le Secrétaire général de l’Opep, M. Mohammed Barkindo. En marge du congrès, M. Boutarfa s’est entretenu avec son homologue turc, M. Berat Albayrak, ministre de l’Energie et Ressources naturelles.

Les deux parties ont évoqué des volets de coopération entre l’Algérie et la Turquie, notamment en matière d’énergie et ont discuté du renforcement et de la diversification de la coopération entre les deux pays. Les deux ministres ont décidé de réunir prochainement la commission mixte algéro-turque. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email