Hichem Boudaoui, l’Aiglon indispensable – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Sports

Hichem Boudaoui, l’Aiglon indispensable

Hichem Boudaoui, l’Aiglon indispensable

Lorsqu’il a débarqué sur la Côte d’Azur en août 2019, à 19 ans en provenance du club algérien de Paradou, Hicham Boudaoui était encore un gamin. « Je suis devenu un homme à Nice », dit-il d’ailleurs avec honnêteté. « En quatre ans, j’ai beaucoup grandi dans mon jeu et dans ma tête. » 

Aujourd’hui, il est l’une des principales forces de l’équipe mise en place par Didier Digard. Même discret, il s’affirme comme un patron sur le terrain. « Oui, je parle plus. Avec l’âge et à mon poste de sentinelle, je donne des ordres. Dans le match, je sens qu’on m’écoute. Bon, dans la vie, c’est différent », reconnaît-il dans un large sourire. Lui que l’entraîneur-adjoint du club, Frédéric Gioria, compare volontiers à Jean Tigana, bluffe tout le monde actuellement.

A commencer par ses partenaires. « Déjà en Turquie, je le suivais et j’adorais son jeu, explique ainsi la recrue hivernale Youssouf Ndayshimiye. Il est fantastique. Je n’ai jamais vu un joueur comme lui. » « Ses coéquipiers sont marqués par sa constance, renchérit Digard. Il perd très peu de ballons, se positionne bien, se sort de situations compliquées. On a parfois l’impression qu’il vole. Il y a du monde autour de lui. Et d’un coup, il n’y a plus personne ! »

  PAS DE LIMITE

Lancé par Patrick Vieira lors de la saison 2019-2020 où il a disputé 9 matches de L1, Boudaoui, qui en compte 80 à ce jour, a longtemps pâti de son physique frêle. Et de blessures à répétition. Ce n’est plus le cas. « Je me sens bien physiquement et prêt pour enchaîner les matches », assure celui qui a récemment prolongé à Nice, où il se sent « très heureux », jusqu’en juin 2027.

Repositionné milieu axial lors de l’intérim d’Adrian Ursea, dont Digard était l’adjoint, entre janvier et juin 2021, il avait de nouveau été expatrié à droite sous Christophe Galtier la saison dernière. « Même si j’ai progressé, je ne me sentais pas bien quand je jouais à droite, explique-t-il. Milieu axial, c’est mon vrai poste. Je me sens bien et peux donner plus pour l’équipe. » Infatigable travailleur, très propre dans sa sortie de balle, l’international algérien (10 sélections) sait aussi « par sa conduite, casser des lignes », selon Digard. « Ce que j’aime, c’est sa capacité à être performant chaque week-end, poursuit le jeune entraîneur. 

Beaucoup sont forts sur une période, lui c’est sur la durée. Il nous impressionne. Je n’arrive pas à lui trouver de limite. Pour moi, Hicham est indispensable. » Mais Boudaoui compte forcément encore progresser. Il veut devenir « plus décisif ». Lui qui ne compte qu’une passe décisive cette saison entend marquer plus, être plus juste dans la dernière passe. « Il en a les capacités, je suis sûr qu’il va y parvenir », soutient Digard, essentiel dans la transformation du milieu. « Il vient me parler et me dit de jouer comme je sais, conclut Boudaoui à propos de son entraîneur. Il me donne la confiance. Et moi, j’ai besoin d’être en confiance. Comme ça, je peux tout donner et jouer tranquille. »

Boudaoui, qui n’a pas pris part à la dernière rencontre de son équipe, l’OGC Nice, jeudi dernier en Ligue Conférence européenne en raison de blessure, ne devrait pas, sauf miracle, prendre part à la double confrontation Algérie- Niger comptant pour les éliminatoires de la CAN 2025 en Côte d’Ivoire malgré sa présence dans la liste des joueurs établie par Belmadi.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email