-- -- -- / -- -- --
Monde

L’AIEA, toujours alignée sur les thèses atlantistes

L’AIEA, toujours alignée sur les thèses atlantistes

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a demandé jeudi une rallonge budgétaire à ses Etats membres pour mener à bien son programme renforcé d’inspections des installations nucléaires iraniennes.

J’invite les Etats membres en position de le faire à mettre à disposition dès que possible les financements nécessaires , a réclamé Yukiya Amano, le patron de cet organe de l’ONU, lors d’une réunion extraordinaire au siège de l’AIEA à Vienne. L’agence a besoin de 4,6 millions d’euros supplémentaires pour accomplir sa mission, qui s’est largement développée depuis la conclusion d’un accord temporaire entre l’Iran et les grandes puissances fin 2013 sur le programme nucléaire de Téhéran.

Après des années de face à face tendu, cet accord a permis de lancer un cycle de négociations intensives visant à s’assurer définitivement que la République islamique ne se limite qu’à des objectifs nucléaires strictement civils, en échange d’une levée des sanctions contre son économie. Téhéran et le  5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont manqué deux dates-limites pour trouver un accord définitif, en juillet puis en novembre. Ils se sont accordé un délai supplémentaire jusqu’au 30 juin 2015.

L’AIEA, fortement influencé par les Etats-Unis a par ailleurs argué jeudi qu’une invitation de l’Iran à visiter le site dit  suspect de Marivan, proche de la frontière irakienne , n’aiderait pas à répondre aux  inquiétudes de l’agence sur la possibilité de recherches nucléaires militaires.  Marivan avait été cité en 2011, avec onze autres sites, est perçu par l’AIEA comme ayant une  dimension militaire possible du programme iranien.

Les Etats-Unis et Israël avancent les mêmes accusations, alors que des experts indépendants ne cessent pas de souligner le caractère civil du nucléaire iranien. A rappeler que le premier ministre de l’entité sioniste Benyamin Nétanyahou, a déclaré le 14 juillet 2013 sur une télévision américaine qu’Israël pourrait intervenir militairement contre le programme nucléaire iranien avant les Etats-​​Unis , allant jusqu’à qualifier le président Hassan Rohani qui venait d’être élu de  loup déguisé en mouton .

Le journaliste qui interviewait le chef du gouvernement sioniste n’avait pas jugé utile d’interroger son invité sur le potentiel nucléaire militaire d’Israël. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email