-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’agriculture et le tourisme atouts majeurs du développement

L’agriculture et le tourisme atouts majeurs du développement

Les participants à un séminaire à Laghouat sur « les retombées de la chute des prix du pétrole sur le développement en Algérie » ont mis l’accent sur le développement de l’agriculture et du tourisme pour diversifier les ressources et constituer des alternatives économiques aux hydrocarbures.

Les recommandations adoptées au terme de cette rencontre, clôturée mercredi à l’Université « Amar Thelidji », ont plaidé pour plus de facilitations financières et administratives, le suivi continu des projets, ainsi que l’octroi de mesures incitatives supplémentaires aux investisseurs étrangers dans les domaines agricole et touristique.

Les séminaristes ont préconisé aussi davantage de soutien au secteur privé national pour qu’il contribue au développement national à la faveur de lois encourageant l’investissement, leur enrichissement (lois), et la révision des textes relatifs à l’investissement étranger direct.

La dynamisation du rôle des collectivités locales (commune et wilaya) dans le développement en leur concédant plus d’attributions pour exploiter leurs ressources, et la coordination entre les secteurs d’activités économiques pour une exploitation optimale des ressources financières et des expériences, ont été également recommandées par les participants.

Ces derniers ont, outre la garantie d’une stabilité de la réglementation pour gagner la confiance des investisseurs, notamment étrangers, mis l’accent sur l’intégration des notions touristiques dans les programmes éducatifs, en vue d’ancrer la culture du tourisme et de permettre l’épanouissement du citoyen, en tant qu’élément fondamental du développement.

Les participants ont aussi souligné la nécessité pour le pays de trouver des alternatives énergétiques, permettant de se mettre au diapason des dynamiques imprimées par l’évolution de la conjoncture, à échelles locale, régionale et mondiale.

Initié par le département des sciences politiques de l’université de Laghouat, cette rencontre nationale a été animée par un aréopage de chercheurs et d’enseignants de différentes universités du pays. Pas moins de 600 000 postes d’emploi se rapportant à l’agriculture et à l’agro-alimentaire et l’agro-industriel de façon générale sont encore vacants selon des chiffres officiels.

L’Algérie s’attelle à l’amélioration du niveau d’intégration de l’économie, au développement de projets orientés vers l’exportation et s’essaie tant bien que mal à une meilleure utilisation des capacités de production existantes. L’Algérie peut, selon les experts africains, diversifier son économie.

Dans un pays qui reste encore tributaire de l’industrie pétrolière – un secteur qui représente 60% des recettes prévues au budget, 30% du PIB et 97% de l’ensemble des recettes d’exportation – les résultats de l’économie ont progressé ces dernières années, portant le taux de croissance en 2003 à près de 7%, attribuable au fort rendement du secteur énergétique et de produits agroalimentaires. La part de l’agriculture intervient pour environ 12% dans le PIB total de l’Algérie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email