-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’agence impliquée sera traduite en justice

L’agence impliquée sera traduite en justice

Les personnes ou l’agence de voyage impliquées dans l’affaire des visas commerciaux obtenus pour 47 personnes devant effectuer le pèlerinage aux Lieux saints de l’islam seront traduites en justice et sanctionnées, a indiqué dimanche à La Mecque le directeur général de l’Office national du hadj et de la Omra, cité par l’envoyé spécial de l’APS aux Lieux saints.

« L’enquête est à un stade avancé et ses résultats seront rendus publics éminemment », a ajouté Youcef Azouza dans un point de presse organisé en marge d’une réunion avec les mourchidines et imams.

Et d’ajouter que l’organisation du Hadj passe par différentes étapes qui visent dans leur ensemble à « garantir la meilleure prise en charge possible des hadjis algériens et leur sécurité ».

Le responsable algérien n’a cependant pas cité les noms des agences de voyages ni signaler leur domiciliation. Mais on croit savoir que ces agences éliraient domicile à l’extrême est du pays.

M. Azouza, également coordinateur de la mission algérienne du Hadj, estime que les 47 personnes rentrées au territoire saoudien par la frontière Al Qassim sont bel bien victimes d’une tromperie.

« Ils sont les hôtes des autorités saoudiennes ; l’affaire est entre les mains des autorités algériennes et toute personne ou agence dont l’implication est avérée sera présentée à la justice », a-t-il affirmé. Dans son édition du 3 septembre courant, le Jeune Indépendant a fait état d’une arnaque dont ont été victimes 47 hadjis.

En effet ce groupe de pèlerins a failli rebrousser chemin au poste-frontière saoudien d’Al Qassim pour rentrer en Algérie, n’était l’intervention directe du prince héritier du Royaume d’Arabie saoudite, Son Altesse Mohamed Ibn Nayef. Ces hadjis, hommes et femmes, âgés entre 35 ans et 76 ans, avaient foulé le sol saoudien munis d’un « faux » visa, ce qui a amené les autorités de la police de l’Air et des Frontières d’Al Qassim à les placer en zone internationale, en leur promettant toutefois de régler l’affaire.

Ayant été informé du malheureux sort des 47 Algériennes et Algériens, le numéro deux du Royaume saoudien a ensuite donné des « instructions fermes » pour l’octroi de visas au niveau même de la PAF d’Al Qassim et de faire le nécessaire de loger tout le groupe dans un hôtel de 5 étoiles avec prise en charge totale aux frais du gouvernement saoudien.

« Je ne remercierai jamais assez le geste de Son Altesse royale. Je prie Le Très-Haut de lui prêter longue vie, ainsi qu’au peuple saoudien et surtout au Serviteur des deux Lieux-Saints de l’Islam, le roi Salmane Ibn Abdelaziz », a indiqué, les larmes aux yeux, un quadragénaire qui accompagne sa mère de 72 ans. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email