-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’AFRIPOL pour stopper l’ingérence étrangère

L’AFRIPOL pour stopper l’ingérence étrangère

L’Algérie a été élue hier pour présider le Mécanisme de coopération policière africaine (Afripol), dont la première assemblée générale s’est tenue à Alger du 14 au 16 mai, a indiqué le commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine.

En mettant en place une police africaine, les Etats africains veulent, désormais, gérer leurs propres crises et/ou conflits sans l’ingérence étrangère.

La dotation de l’Afrique d’une orga- nisation de police était devenue pri- mordiale face aux défis nés de la conjoncture internationale caractérisée par le terrorisme.

L’Europe a son Interpol, Europol, l’Amé- rique également, Améripol, et il était temps que l’Afrique ait son organisation de police, l’Afripol.

La création de la police africaine permet- tra aux pays de ce continent d’empêcher l’ingérence dans leurs affaires et les aidera à coordonner l’action contre le terrorisme.

C’est en 2014 qu’Afripol est née. L’an- nonce de sa création a été faite à Alger, lors d’un point de presse animé par le général-major Abdelghani Hamel, direc- teur général de la Sûreté nationale (DGSN), Ismaël Chergui, commissaire à la paix et la sécurité à l’Union africaine (UA) et Mohamed Abou Bakar Adam, responsable de la police du Niger et vice-pré- sident de la commission exécutive d’Inter- pol Afrique. « Les participants aux travaux de la conférence pour la création d’Afripol ont choisi l’Algérie comme siège de cette institution », avait précisé Abdelghani Hamel.

La création d’Afripol a été ensuite avalisée lors d’un sommet des pays d’Afrique, à Malabo, et dispose des volets policier et militaire. L’Afripol peut être mobilisée pour le maintien de la paix dans des pays confron- tés à des conflits et remplacer donc les

forces étrangères. C’est l’un des buts recherchés par l’Afripol pour empêcher l’ingérence. Au Niger comme dans d’autres pays d’Afrique, ce sont des forces de ce continent qui sont déployées dans le cadre d’une mission de rétablissement de la paix.

La création d’Afripol permet aux polices qui ont besoin d’aide d’atteindre les capa- cités nécessaires et d’obtenir des formations et des moyens à même de leur per- mettre de relever les défis du terrorisme, du trafic de drogue, du trafic d’armes et du crime organisé.

Le président Abdelaziz Bouteflika a été désigné par ses homologues de l’Afrique comme coordinateur africain pour la lutte antiterroriste. C’est un « nouvel éloge » de l’expérience de l’Algérie et de son action dans la résolution des conflits, a affirmé le Premier ministre Abdelmalek Sellal dimanche à Alger, à l’ouverture de la 1ère assemblée générale du mécanisme de l’Afripol.

L’Algérie a toujours prôné la coordination en matière de lutte contre le terrorisme, le trafic d’armes, le crime organisé, et expri- mé son refus de l’ingérence dans les affaires des pays. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email