-- -- -- / -- -- --
Monde Europe

L’Accord post-Brexit à un stade critique

L’Accord post-Brexit à un stade critique

Les Européens ne cachaient pas leur scepticisme vendredi sur les chances d’un accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni avant la reprise à Londres des discussions, désormais à un stade critique.

« On n’est pas loin du moment “take it or leave it” (à prendre ou à laisser, ndlr) », a affirmé le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, lors d’une réunion dans la matinée avec les Etats membres de l’UE.

Le Français doit se rendre à Londres dans la soirée pour reprendre les échanges en face-à-face avec son homologue britannique, David Frost, après une semaine d’isolement à cause d’un cas de Covid-19 dans son équipe.

Il a répété lors de son état des lieux avec les Etats membres la ligne déjà avancée jeudi par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen: il est aujourd’hui impossible de dire si un accord est encore atteignable ou non.

« Ambiance gueule de bois », a décrit une source européenne. D’autres ont fait état d’une perplexité générale face au surplace constaté dans la négociation. « Le Royaume-Uni n’a rien fait. Rien ne bouge. Ils ont garé le tramway au milieu de la voie et le chauffeur est parti à pied pour sauver Noël et combattre la Covid », a ironisé un diplomate européen. « Barnier va à Londres pour montrer que les Européens ont négocié jusqu’au bout. Mais nous sommes au bout des dernières offres et du calendrier », a ajouté une troisième source.

Signe de la lassitude et de l’inquiétude qui a gagné les Etats membres, leurs ambassadeurs ont réclamé lors de cette réunion que l’exécutif européen publie « sans plus tarder » les mesures d’urgence et les propositions législatives en cas de « no deal », c’est-à-dire d’échec à trouver un accord.

La Commission s’est jusqu’à présent refusée à dévoiler ces documents afin de ne pas envoyer de signal négatif aux Britanniques.

Côté britannique, David Frost, croit un accord « encore possible ».

« Certaines personnes me demandent pourquoi nous parlons encore. Ma réponse, c’est que c’est mon travail de faire tout mon possible pour voir si les conditions d’un accord existent », a-t-il twitté.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email