-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’accord d’association revisité

L’accord d’association revisité

L’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne dont la portée stratégique a été définie par Bruxelles devra permettre aux deux parties de percevoir ses effets avant la fin de l’année en cours.

L’accord prévoit un certain nombre de mesures coopératives touchant à plusieurs domaines avec des priorités que les deux partenaires ont d’ores et déjà identifié et qui portent sur le dialogue politique, la gouvernance, l’Etat de droit et la promotion des droits fondamentaux, la coopération, le développement socio-économique et les échanges commerciaux, dont l’accès au marché unique européen.
Le partenariat s’avère également porteur de solutions aux préoccupations des nations européennes, notamment dans le domaine énergétique sous ses différentes formes, l’environnement et le développement durable, le dialogue stratégique et sécuritaire, le dialogue culturel et inter-religieux, ainsi que la migration et la mobilité, qui peuvent constituer des points de convergence visant à faire du plus grand pays d’Afrique une « arrière-garde « pour la sécurité du vieux continent.

Tous ces sujets seront évoqués au cours du séjour à Alger prévue aujourd’hui et demain de la Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité, Federica Mogherini, sur invitation du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra. Cette rencontre, qui s’inscrit dans le prolongement de la réunion du Conseil d’Association Algérie-Union européenne tenu à la mi-mars à Bruxelles, devrait permettre au deux parties d’exposer leurs points de vue après les accords entérinés dans le document signé en marge du conseil, lors duquel ont été adoptés les documents portant sur l’évaluation conjointe de la mise en œuvre de l’accord d’association avec comme point essentiel la définition des priorités communes de partenariat au titre de la Politique européenne de voisinage révisée.

Rappelons que l’accord d’association Algérie-UE signé en avril 2002 et mis en application à partir de 2005, prévoyait une période transitoire de 12 ans. Il est arrivé à échéance cette année. La 10e session de l’instance suprême de l’association, le Conseil d’association en l’occurrence, co-présidé par le chef de la diplomatie algérienne et la Haute représentante de l’Union européenne, avait entériné le document final portant sur les conclusions de l’évaluation conjointe de la mise en œuvre de l’Accord.

L’évaluation de cet accord devait permettre aux deux partenaires de « centrer leurs relations « , durant les prochaines années, (les trois prochaines) sur un « rééquilibrage des intérêts « économiques en se basant sur la diversification de l’économie algérienne, et donc une révision de certaines clauses de l’accord initial.

Les deux partenaires avaient aussi décidé d’approfondir encore plus leur coopération stratégique et leur dialogue sur les défis communs qu’ils partagent, et les réponses à ces défis, avait affirmé, en marge de la rencontre de mars, Federica Mogherini
Parmi ces défis communs figurent la sécurité, la prévention et la lutte contre le terrorisme et la migration, des préoccupations auxquelles les gouvernements européens accordent plus grande importance, notamment après la série d’attentats ayant visé ces dernières années la France et l’Allemagne, deux parmi les pays les plus influents de l’Union.

D’aucuns s’accordent dès lors à avancer que ces sujets seront au cœur de la visite à Alger de la chef de la diplomatie européenne, nonobstant des discussions qui porteront sur la stratégie de coopération énergétique. Un secteur appelé à connaître des bouleversements avec l’entée en lice de nouvelles donnes en Algérie, notamment celle visant à diversifier les sources d’énergie. Il n’est pas écarté que les discussions portent aussi sur « la situation en Libye, au Mali, au Sahel, ainsi qu’au Sahara occidental, sur lesquelles il existe une large convergence de vues « , a-t-on souligné dans un communiqué des Affaires étrangères.
La crise en Syrie ne manquera pas de s’inviter à la rencontre notamment après les derniers événements qu’a connu ce pays.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email