-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’accident de Saïda endeuille plusieurs familles

L’accident de Saïda endeuille plusieurs familles

Le bilan de l’accident de la route survenu jeudi  dans la commune de Sid Ahmed, wilaya de Saïda, s’est alourdi à 22 morts et 12 blessés, dont la plupart sont dans un état critique, a-t-on vendredi appris de sources sécuritaires.
L’accident s’est produit au lieu-dit « Sfid » sur la Route nationale (RN 6) reliant les wilayas de Saïda et d’El Bayadh, suite à une collision entre un bus de transport de voyageurs se dirigeant vers la wilaya d’El Bayadh et un taxi collectif venant de la wilaya de Béchar, a-t-on indiqué.
Les agents de la Protection civile ont évacué les blessés vers la polyclinique de la commune d’Ain Lahdjar et transféré les corps des victimes à la morgue de l’hôpital Ahmed-Medeghri de Saïda, a ajouté la même source.

Suite à ce drame qui s’est produit jeudi à 15h20, le wali de Saïda, Seif El Islam Louh, s’est rendu sur les lieux pour s’enquérir de l’ampleur des dégâts. Quant aux services de la Gendarmerie nationale, ils ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de cet accident. Pour ce qui est des causes à l’origine de ce drame et selon nos sources, il semble que le taxi collectif était en dépassement dangereux, percutant de plein fouet le minibus circulant dans l’autre sens.

Pour rappel, en 2017 les services du Centre national de la prévention et de la sécurité routière (CNPSR) ont fait état d’un bilan annuel de 3 639 morts et 6 287 blessés dans 25 038 accidents de la circulation à travers le territoire national.

Ces chiffres, quoi qu’effarants, sont en baisse en comparaison avec ceux de 2016, selon les estimations des services du CNPSR. La baisse est de 13,23% pour le nombre total d’accidents, de 8,84% pour le nombre de décès et de 17,54% pour le nombre de blessés.

Selon les données rendues publiques par le CNPSR, 96% des accidents de la route enregistrés au 1re semestre 2017 sont dus au facteur humain. L’excès de vitesse vient en premier lieu avec 22%, puis le manque de vigilance dans les zones urbaines à hauteur de 13,15%, ainsi que le dépassement dangereux avec 6,37%. Pour ce qui est des tranches d’âge impliquées dans ces catastrophes, les données du CNPSR indiquent que la tranche d’âge située entre 18 et 29 ans est la plus impliquée dans le terrorisme de la route.


Photo de l’accident prise par des automobilistes sur les lieux

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email