-- -- -- / -- -- --
Nationale

La Zakat pour construire des logements

La Zakat pour construire des logements

Le président de la Cosob, Abdelhakim Berrah, propose l’utilisation du fonds de la Zakat, en tant que moyens de financements pour construire les logements sociaux.

« L’Algérie est appelée à développer de nouveaux outils de financement outre que les crédits bancaires et le budget de l’État pour le financement des projets sociaux du secteur public et il serait intéressant d’utiliser le fonds de la Zakat, en tant que solution innovante pour construire des logements sociaux », a-t-il suggéré hier lors du forum du quotidien national arabophone El Wassat.

Le président de la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (COSOB) a jugé que l’absence d’une culture financière freine le développement du marché financier. « Pour dynamiser ce marché il faut absolument ouvrir de nouvelles alternatives et ne pas se contenter du financement classique », a-t-il insisté. Abordant le projet d’introduction de huit entreprises publiques en Bourse, le président de la COSOB a affirmé que trois entreprises sont déjà prêtes à rejoindre le marché boursier.

« Elles attendent juste la finalisation du processus d’évaluation et d’analyse de leurs dossiers au niveau de la Cosob qui leur délivrera un visa pour s’introduire en Bouse », a-t-il indiqué, avant de préciser que ces entreprises seraient cotées en bourse au cours du 1er trimestre 2015. Pour les cinq autres entreprises restantes, elles n’ont pas encore atteint le stade d’évaluation et n’ont même pas déposé leurs dossiers au niveau de la COSOB », a-t-il indiqué.

Le président a admis que les sociétés algériennes souffrent de problèmes managériaux qui entravent leur introduction en Bourse.
Pour sa part, le directeur général de la Société de gestion des valeurs boursières (SGBV), Yazid Benmouhoub, a indiqué que des efforts sont déployés pour informer les entreprises sur l’intérêt de s’introduire en Bourse et sur les différents moyens de financement des entreprises outre que les crédits bancaires.

« Des rencontres ont été organisées dans plusieurs régions du pays à l’intention de 400 entreprises environ durant lesquelles nous les avons informés sur les avantages que pourrait procurer une introduction en Bourse à l’instar des exonérations fiscales prévues par la réglementation, l’amélioration de l’image de marque de l’entreprise, l’instauration d’une gouvernance transparence en son sein », a-t-il rappelé.

Il a ajouté que les entreprises qui ont affiché leur intérêt de s’introduire en Bourse ont eu des propositions de partenariats, car le franchissement de cette étape dénote la « transparence » de ces sociétés. M. Benmouhoub a tenu à rassurer les entreprises privées, qui sont généralement des entreprises familiales leur expliquant qu’elles ne doivent pas craindre la Bourse car elles ne vont ouvrir leur capital social qu’à hauteur de 20 %, ce qui écarte totalement la possibilité d’ingérence des nouveaux actionnaires dans la gestion et la prise de décision.

Pour rappel, le Conseil de participation de l’Etat a donné son accord pour l’opérateur de la téléphonie mobile Mobilis, aux trois entreprises de ciment du groupe GICA, à la compagnie d’assurance CAAR, à la banque CPA, à l’entreprise COSIDER Carrières, filiale du groupe public du BTPH COSIDER et à l’entreprise Hydro-aménagement. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email