-- -- -- / -- -- --
Nationale

La visite de Merkel reportée en raison d’une « bronchite» du Président

La visite de Merkel reportée en raison d’une « bronchite» du Président

Invitée par le président Bouteflika pour une visite officielle, la chancelière allemande Angela Merkel, qui devait arriver lundi à Alger, a vu sa visite reportée à la dernière minute en raison de « l’indisponibilité temporaire » du président Bouteflika, due à une « bronchite aiguë », a indiqué lundi la présidence de la République dans un communiqué.

Les autorités algériennes et allemandes sont convenues ce jour, d’un « commun accord, du report de la visite » que devait effectuer en Algérie Angela Merkel, note la même source.

Cette visite « sera programmée de nouveau à une date dont conviendront les deux parties », a encore précisé le communiqué sans donner plus de précisions : « Ce report est dû au fait que son Excellence M. Abdelaziz Bouteflika, président de la République, qui se trouve à sa résidence à Alger, est indisponible temporairement du fait d’une bronchite aiguë », ajoute la présidence de la République.

Angela Merkel devait rencontrer hier le président Bouteflika en tête-à-tête, car l’Algérie veut renégocier son accord commercial avec l’Union européenne, accord qui est aujourd’hui, dix ans après sa mise en œuvre, défavorable à l’Algérie.

L’autre point qui soulève encore des interrogations et celui relatif aux migrants algériens entrés clandestinement en Allemagne dans la foulée des vagues d’émigration des refugiés syriens et irakiens. Angela Merkel vient discuter des modalités de l’accord migratoire, et notamment d’un point : comment faire en sorte de prouver que les personnes arrêtées sont bien de nationalité algérienne.

Selon la presse allemande, le ministère de l’Intérieur a expulsé 169 Algériens en 2016, contre seulement 57 en 2015. Selon ces chiffres, les Algériens sont les plus touchés par les opérations d’expulsion depuis l’Allemagne. Cette même presse souligne que 3 784 demandeurs d’asile algériens devaient quitter en 2016 le sol allemand.

La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) a révélé que lors de sa visite en Allemagne en janvier 2016, le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait subi des pressions d’Angela Merkel pour accepter l’expulsion de plus de 2 300 Algériens sans papiers arrêtés en Allemagne.

Les deux pays ont signé en 1997 un accord relatif au retour des ressortissants algériens en situation irrégulière là-bas. Bien que les deux pays aient conclu un nouvel accord l’année dernière, ils devaient s’entendre sur le rapatriement des Algériens entrés illégalement Allemagne depuis un an.

Cet accord fait partie d’une coopération sécuritaire plus globale comprenant l’échange d’information sécuritaire et la formation. En retour, l’Algérie s’est engagée à accepter le retour des Algériens déboutés du droit d’asile en Allemagne. 

Si l’accord est assuré, les polices des deux pays devront encore s’entendre sur les conditions d’identification des migrants algériens. Identifiés grâce à leurs empreintes digitales, ils pourront être rapatriés via des lignes aériennes commerciales. L’Allemagne a décidé de prendre en charge les coûts du transport. L’autre point est celui des relations commerciales. 

Car l’Allemagne est le 5e partenaire de l’Algérie avec un volume d’échanges avoisinant les 3, 2 milliards de dollars. Berlin et Alger entendent renforcer leur coopération économique dans divers secteurs. Notamment dans ceux de l’agriculture, des travaux publics, de la santé, des énergies renouvelables et dans la protection de l’environnement.

L’Allemagne prévoit d’organiser en mars prochain un forum économique Allemagne-Afrique à Francfort, pour rattraper son retard sur d’autres pays tels que la Chine, les USA et la France. Pour l’heure, trois pays africains monopolisent 90% des 10 milliards d’euros d’investissements allemands dans le continent à savoir l’Algérie, l’Afrique du Sud et le Nigeria. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email