-- -- -- / -- -- --
Nationale

La vigilance de l’ANP épargne au pays le pire

La vigilance de l’ANP épargne au pays le pire

L’ANP ne cesse de déjouer les complots terroristes, notamment dans le Sud. Le chaos qui règne dans les pays voisins, principalement en Libye n’arrange pas les choses. Les arsenaux de guerre et les caches d’armes découvertes par les forces de l’ANP ainsi que les arrestations de plusieurs terroristes étrangers confirment, si besoin est le danger auquel fait face l’Algérie aux zones frontalières sensibles.

Ce genre de découvertes suscitent des interrogations quant à cet acharnent des groupes terroristes et leurs commanditaires contre l’Algérie Telle est la question que tous les Algériens se posent après l’interception d’arsenaux de guerre par les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) suite aux multiples opérations menées aux frontières du Sud. L’alerte est au maximum.

Les détachements de l’ANP, ont en effet découvert un arsenal entre autres des détonateurs, des explosifs des grenades, armes automatiques, des roquettes de type RPG-7, des kalachnikovs, des mitrailleuses, enfouîtes, dans des caches secrètes en plein désert algérien. Plus grave encore des terroristes étrangers gagnent le territoire national, généralement dans des véhicules de type 4×4, des pick-up ou même dans des camions.

Ces Libyens, Maliens, Nigériens ou Tunisiens, planifient vraisemblablement de perpétrer des attaques terroristes de grande envergure. On ignore s’ils sont affiliés à l’Etat islamique (EI), au groupe armé appelé « El-Mourabitoune récemment affilié à Daech ou à d’autres organisations terroristes. Les risques sont majeurs et divers, mais l’objectif est le même : cibler l’Algérie.

C’est pour cette raison que les forces de l’ANP, appuyées par les GGF (gardes-frontières) de la Gendarmerie nationale, ont décidé de renforcer leur déploiement dans les régions de l’extrême Sud, du Sud-Est et du Sud-Ouest. Cette action a permis d’avorter plusieurs attaques terroristes visant le pays.

Les différents groupes armés qui activent au Sahel semblent vouloir rééditer l’attaque sanguinaire du 16 janvier 2013, qui avait ciblé la base de vie de Tiguentourine à In Amenas. Cette attaque, suivie d’une prise d’otages, avait causé la mort de 43 employés du British Petrolium, dont 42 étrangers.

L’attaque avait été revendiquée par El-Mourabitoune dont le chef terroriste n’est autre que Mokhtar Belmokhtar. Depuis, les groupes armés ont tenté, à maintes reprise d’autres attaques de grande envergure contre les infrastructures pétrolières et gazières du pays, en vain les frappes anticipées menées par les forces de l’ANP contre les terroristes les ont toutes avortées.

Les arsenaux de guerre venus des pays voisins

Les armes qui ont été saisies par les troupes de l’ANP sur les frontières de l’extrême sud du pays proviennent de pays voisins, notamment du Mali et de la Libye.

La vigilance et la forte présence renforcée des troupes de l’ANP ont permis de mettre en échec les plans diaboliques des groupes armés. C’est le cas de mercredi passé, où une tentative d’acheminement d’une importante quantité d’armements et de munitions, a été déjouée à Bordj Badji Mokhtar par les éléments de l’ANP.

Dans un communiqué, le ministère de a défense national de (MDN) a indiqué que « dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte antiterroriste, et grâce à l’exploitation efficiente de renseignements, un détachement de l’ANP, relevant du secteur opérationnel de Bordj Badji Mokhtar (6e région militaire), a mis en échec, lors d’une opération de fouille et de recherche déclenchée dans l’après-midi du 13 janvier 2016, une tentative d’introduction d’une importante quantité d’armements et de munitions, dissimulée à l’intérieur d’une cache près des frontières ».

L’opération a permis la saisie d’« une mitrailleuse de type RPD, un autre type PSH, un fusil à lunette, un fusil de type MAS 36 et un fusil semi-automatique », a ajouté la même source.

L’opération a également permis la saisie de « 3 205 balles de différents calibres, six roquettes pour PRG, 9 grenades, 11 détonateurs, 38 charges d’explosifs et 2 chargeurs de munitions, ainsi que 55 kilogrammes de kif traité », conclut le communiqué.

Le même jour, une autre tentative d’introduction d’une importante quantité d’armements et de munitions a été déjouée par un détachement de ANP relevant du secteur opérationnel de Bordj Badji Mokhtar, a indiqué le MDN qui a précisé que grâce à la permanente vigilance des forces de l’ANP, un détachement relevant du secteur opérationnel de Bordj Badji Mokhtar (6e région militaire) a mis en échec, lors d’une patrouille de reconnaissance opérée près des frontières une tentative d’introduction d’une importante quantité d’armements et de munitions ».

Il s’agit, en effet, d’ un fusil mitrailleur de type kalachnikov, 5 fusils semi-automatiques, un lance-roquettes, un canon une mitrailleuse (12,7 mm), 1 096 balles de différents calibres, 4 chargeurs de munitions et 40 kilogrammes de kif traité.

Les caches d’armes prolifèrent dans le Sud

Toujours dans la région de Bordj Badji Mokhtar, une casemate a été découverte dimanche lors d’une opération menée par les forces de l’ANP et dans laquelle ont été retrouvés un fusil mitrailleurs de type FMPK, cinq pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, cinq roquettes RPG-7, cinq chargeurs de munitions, six grenades et 1 432 balles de différents calibres, selon la même source.

Le 8 janvier de l’année en cours, une cache contenant 10 obus de mortier, deux kalachnikov et une importante quantité de munitions a été découverte vendredi à Tin Zaouatine par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP), a indiqué le MDN dans un communiqué,

« Dans le cadre de la lutte antiterroriste et lors d’une patrouille de reconnaissance et de contrôle menée près de la localité frontalière de Tin Zaouatine, un détachement de l’ANP relevant du secteur opérationnel de Bordj Badji Mokhtar (6e région militaire), a découvert, une cache contenant un lot d’armements », a précisé le MDN.

Il s’agit, d’un mortier (60 mm), 2 pistolets mitrailleurs de type kalachnikov et d’une importante quantité de munitions, s’élevant à 10 obus de mortier et 464 balles de différentes calibres ».

Auparavant, deux caches d’armes et de munitions ont été découvertes le 27 décembre à Bordj Badji Mokhtar et à Tamanrasset par les éléments de l’Armée nationale populaire, contenant des fusils mitrailleurs, des pistolets mitrailleurs et un lance-roquettes, a indiqué le ministère de la Défense nationale.

Une autre cache d’armes et de munitions a été découverte près de la localité frontalière d’Adellague, contenant 3 fusils mitrailleurs de type FM, 4 pistolets mitrailleurs de type Kalachnikov, 39 obus de calibre 82 millimètres, deux autres de calibre 60 millimètres et 2 140 balles de calibre 7,62 x54.

Au niveau du secteur opérationnel de Tamanrasset, « une autre cache a été découverte contenant un lance-roquettes de type RPG-7 et 02 roquettes pour RPG-7 », selon le MDN. Toutes ses prises et ses tentatives déjouées démontrent que le gros du travail de l’ANP est autant concentré dans les régions du nord du pays notamment la Kabylie et Jijel que dans les fin fonds des frontières et avec une efficacité prouvée.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email