-- -- -- / -- -- --
Nationale

La vente d’El Khabar annulée

La vente d’El Khabar annulée

La transaction avait été révélée par le Jeune Indépendant
Le tribunal administratif annule la vente d’El Khabar
Le procès dans l’affaire de cession d’actifs du groupe El Khabar au profit de Ness-Prod, filiale du groupe Cevital, a pris fin hier avec la décision d’annulation de la transaction prononcée par le tribunal administratif de Bir Mourad Raïs. Cette transaction avait été révélée pour la première par le Jeune Indépendant le 15 mars dernier.
En plus du paiement des frais judiciaires par le groupe El Khabar, le verdict prévoit «le retour à l’état initial de la propriété» avant la transaction pour laquelle le ministère de la Communication avait introduit une action en référé auprès de ce tribunal pour se prononcer sur la conformité de cette transaction.
Le recours du ministère se basait surtout sur l’article 25 du Code de l’information.
L’article 25 du Code de l’information de 2012 stipule qu«’une même personne morale de droit algérien ne peut posséder, contrôler ou diriger qu’une seule publication périodique d’information générale de même périodicité éditée en Algérie». 
En référé, le tribunal administratif avait prononcé, après plusieurs reports, le gel des effets de l’acte d’acquisition des actions du groupe de presse par Ness-Prod. Me Benhadid Brahim, un des avocats du ministère, a indiqué à l’annonce du jugement que «la décision portant annulation de la transaction de cession d’actifs du groupe El Khabar au profit de Ness-Prod est légale et prévisible puisqu’elle correspondait aux articles du Code de l’information». L’avocat a ajouté que le jugement d’aujourd’hui «signifie un retour à la situation initiale au sein du groupe El Khabar avant la transaction de cession de ses actifs au profit de Ness-prod».  Selon lui, avec l’annonce du jugement l’affaire est classée, sauf si la partie adverse décide de faire appel dans un délai de 2 mois. Un pourvoi en cassation ne suspend pas le jugement. 

Le collectif des avocats d’El Khabar ne s’est pas présenté à la séance de l’annonce du jugement. Les avocats de défense du groupe El Khabar avaient annoncé, le 22 juin, leur retrait collectif dans cette affaire, estimant qu’il était «vain de continuer à travailler sur cette affaire». La plainte en référée, introduite par le ministère de la Communication à propos de la cession d’actifs du groupe de presse SPA El Khabar à Ness-prod, filiale du groupe Cevital, a soulevé une vive polémique médiatique.  Elle constitue une première dans l’histoire des médias algériens, comme elle constitue également la première affaire de cession d’actifs d’un groupe de presse au profit d’un autre groupe. Le rachat d’une bonne partie des parts du groupe El Khabar par Cevital, à travers sa filiale Ness-Prod, allait offrir de fait la majorité des actions du capital d’El Khabar à cette filiale.
Suite à cela, le tribunal administratif de Bir Mourad Raïs a accordé en date du 29 juin, un délai jusqu’au 4 juillet aux avocats de défense du groupe El Khabar pour confirmer leur retrait collectif dans l’affaire. Un des avocats du ministère de la Communication, Me Nadjib Bitam, avait considéré alors la demande de la défense du groupe El Khabar portant sur le prolongement des délais de sa déconstitution dans l’affaire comme une «manœuvre juridique» qui vise à entraver le déroulement du jugement.

Le Jeune Indépendant avait annoncé le 15 mars dernier  le rachat par le milliardaire Issad Rabrab du groupe de presse Elkhabar, incluant la chaine KBC, qui faisait face alors à d’énormes difficultés financières, a été racheté par le milliardaire Issad Rabrab. Le directeur général du quotidien arabophone, Kamel Djouzi, avait rencontré alors une délégation du syndicat du journal el Khabar, dont le siège est à Hydra sur les hauteurs d’Alger, pour leur annoncer le rachat du groupe, fondé en 1990, par le patron du Groupe Cevital. L’achat comprend également la chaine KBC qui émet sur le NileSat. C’est ce qu’avait précisé au jeune indépendant, un responsable syndical qui a assisté à la réunion. « Le directeur général, Kamel Djouzi, nous a annoncé la nouvelle en nous expliquant que le groupe faisait face à d’énormes difficultés financières rendant impossible le maintien des charges et des salaires », avait affirmé le journaliste-syndicaliste qui a ajouté que l’accord incluait le maintien des postes d’emploi. Une réunion avait regroupé l’ensemble des actionnaires et les représentants des travailleurs du groupe durant laquelle des assurances leurs ont été données que l’accord de vente de la majorité des parts du groupe stipulait la préservation des postes d’emplois.
Toutefois, le syndicat d’ElKhabar avait fait part de sa contestation estimant ne pas avoir été associé aux négociations de reprise du groupe par Rabrab. La chaine KBC a été lancée par le groupe en mars 2014 alors que la situation du groupe commençait à péricliter en raison du rétrécissement des recettes publicitaires, la principale source de financement du groupe.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email