-- -- -- / -- -- --
Nationale

La tutelle promet de satisfaire les revendications des étudiants grévistes

La tutelle promet de satisfaire les revendications des étudiants grévistes

Un débrayage d’une journée a été observé mardi par les étudiants de la faculté des sciences politiques et des relations internationales devant le siège du ministère de l’Enseignement supérieur et la recherche scientifique. L’appel à la grève a été lancé par l’Union général des étudiants libres (UGEL).

Parmi les revendications des étudiants protestataires la revalorisation de leur diplôme, qui selon eux le diplôme n’est pas reconnu dans la fonction publique. « Notre diplôme n’existe pas dans les annonces pour le recrutement quelque soit le poste demandé », a scandé un des organisateurs de la protestation.
Pour apaiser la tension des étudiants, les responsables du ministère ont invité les grévistes a désigné des représentants, en nombre de huit, fixé par la tutelle, afin d’entamer un dialogue au tour des revendications.

En effet, après une réunion avec le ministre de l’enseignement supérieure Mohamed Mebarki. Ce dernier a répondu favorablement à la plupart des revendications surtout celle qui concerne l’ouverture du recrutement et l’insertion des diplômés en science politique dans le milieu professionnel dans tous les secteurs publics.

Quelques heures après l’audience accordée représentants d’étudiants en Sciences politiques, un communiqué a été dévoilé par le ministère dans le quel la tutelle a indiqué que les responsables de la fonction publique ont donné leur accord pour « élargir toutes les offres d’emploi dans l’administration publique à la spécialité des Sciences politiques ». Et d’ajouter qu’ « un travail est également en cours avec les autres secteurs d’activités pour permettre aux diplômés dans cette spécialité de trouver plus de possibilités de recrutement ». En outre lors de cette rencontre, les responsables du ministère ont expliqué aux étudiants que « des démarches sont entreprises pour prendre en charge cette importante doléance » et ce, conformément à l’instruction du Premier ministre relative à l’insertion des diplômes en LMD dans la fonction publique et les secteurs économiques.

De leur coté, les responsable de l’UGEL ont indiqué dans un communiqué la suspension de la grève suite à cette rencontre. Ils ont aussi indiqué que si leurs revendications se concrétisent cela constituera une « plus value » à la spécialité des sciences politiques en Algérie. Tout en disant qu’ils sont déterminés à poursuivre leur lutte syndicale pour satisfaire toutes leurs revendications. Il est à signalé que parmi les revendications soulevé par les étudiants, l’augmentation du nombre de place en doctorat à 24 postes, puisque à présent seulement quatre postes sont ouverts.
Par ailleurs, le ministère indique qu’il a été convenu avec les étudiants que les résultats du travail en cours par leurs chefs d’établissements leurs seront transmis, en ajoutant que d’autres préoccupations des étudiants ont été également débattues lors de cette rencontre et « ont trouvé solution ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email