-- -- -- / -- -- --
Nationale

La Tunisie devient un allié majeur des USA

La Tunisie devient un allié majeur des USA

Après le Maroc, la Tunisie se voit hissée au statut d’« allié majeur non-membre de l’Otan » par les Etats-Unis. Ces derniers ont en effet accordé ce statut à la Tunisie après le Maroc, ce qui ouvre la voie à une coopération militaire accrue entre les deux pays.

Cette annonce a été faite avant-hier par le département d’Etat US par un communiqué, précisant que les Etats-Unis « envoient un signal fort sur notre soutien à la décision de la Tunisie de se joindre aux démocraties du monde entier ».

Le porte-parole du département d’Etat John Kirby a ajouté, dans le même communiqué, que ce privilège accordé à la Tunisie constituait « un symbole de notre étroite relation ».

Le statut d’allié majeur non-membre de l’Otan, privilège déjà accordé à quinze pays, dont le Japon, l’Australie, l’Afghanistan ou encore l’Egypte, Bahreïn et le Maroc, permet aux pays concernés d’avoir accès à une coopération militaire renforcée avec les Etats-Unis, notamment dans le développement et l’achat d’armements. A l’Ouest et à l’Est, l’Algérie se trouve entourée de pays alliés stratégiques des USA, inquiétant fortement le pouvoir algérien qui redoute un encerclement US à ses frontières.

En effet, le déploiement américain au Maghreb ces dernières années a suscité de nombreuses interrogations ici et là. De nombreux observateurs s’inquiètent de voir les États-Unis s’intéresser de trop près au Maghreb. Quels sont les intérêts des États-Unis au Maghreb ? Pourquoi le Maghreb est-il devenu une région stratégique ?

Dans la politique étrangère des États-Unis, le Maroc continue d’être un pilier de la présence américaine au Maghreb et au Moyen-Orient, notamment pour la sixième flotte américaine en Méditerranée. Pendant la guerre froide, le Maroc a servi d’« État par procuration » pour les États-Unis en Afrique sub-saharienne pour contrer les mouvements révolutionnaires opposés aux États-Unis.

Le Maroc a reçu, depuis son indépendance en 1956, plus d’aide financière américaine que tout autre pays arabe. À partir de 1975, début du conflit au Sahara occidental, le Maroc a obtenu plus d’un cinquième de l’aide totale américaine en Afrique, dont plus d’un milliard de dollars pour la seule aide militaire.

En 2002, le Maroc a reçu 72 % de l’aide totale américaine aux trois pays du Maghreb. Signalons cependant que malgré son soutien affirmé au Maroc, Washington refuse de reconnaître la souveraineté de celui-ci sur le Sahara occidental. Mais il s’agit aussi et surtout d’éviter une franche inimitié avec l’Algérie. Les États-Unis ont clairement signifié au Maroc que l’accord de libre-échange n’incluait pas le Sahara occidental.

Depuis son indépendance, la Tunisie occupait une place privilégiée sur la liste des partenaires préférés des États-Unis. Pendant la crise algérienne, la Tunisiea bénéficié d’un soutien américain ferme afin d’éviter que l’islamisme radical ne se propage et aussi pour dissuader la Libye de toute tentative de déstabilisation de son voisin tunisien. Compte tenu de son importance stratégique, la Tunisie continue de bénéficier du soutien de Washington, tout particulièrement du département de la Défense, qui souhaite la maintenir aux côtés des États-Unis. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email