-- -- -- / -- -- --
MENASahel

La Tunisie hostile à toute normalisation avec l’Etat hébreux

La Tunisie  hostile à toute normalisation avec l’Etat hébreux
Kais Saied, un pro palestinien avéré

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a fermement démenti  les informations des médias  israéliens et tunisiens ainsi que sur les réseaux sociaux selon lesquelles  des pourparlers diplomatiques ont eu lieu entre la Tunisie et Israël en vue d’aboutir à une normalisation de leurs relations.

Dans un communiqué, publié ce jeudi 9 avril, le ministère des Affaires étrangères rappelle indique que ces différents médias n’en sont pas à leur premier coup d’intox .
Le communiqué souligne en fait qu’à maintes reprises par le passé, ces mêmes titres ont tenté de nuire à l’image de la Tunisie en publiant de telles fausses informations et en remettant en question sa position ferme en soutien à la Palestine.
Le texte du MAE, rappelle “l’engagement de la Tunisie dans la défense de la cause palestinienne, une position qui restera inchangée dans le futur”.

Les médias Israël Hayom et tunisien Rai al-Youm, ont  rapporté dans leur édition du mercredi 8 juin, que Tunis et Tel-Aviv avaient établi un calendrier de discussions en vue de concrétiser une normalisation de leurs relations.

Les deux médias ont aussi évoqué l’intervention  de l’Algérie pour empêcher ce processus . Selon un responsable diplomatique israélien dont les propos ont été cités par  Israel Hayom, “élargir la sphère des pays qui ont des liens avec Israël est notre objectif constant, mais il est également vrai que l’Algérie montre toujours une attitude hostile.”.

Rai al-Youm est allé plus loin en affirmant que le Président tunisien Kaïs Saïed cherchait à se rapprocher d’Israël, mais que “l’Algérie empêchait la Tunisie d’entrer dans le processus de normalisation.”. Au mieux, il y aurait, selon le journal arabophone une crainte du côté tunisien qu’un éventuel rapprochement avec Israël n’affecte négativement ses divers intérêts commerciaux et financiers en Algérie.

Or, les autorités tunisiennes ont précisé qu’elles rejetteraient en toute souveraineté le moindre rapprochement avec l’Etat sioniste. Kaïs Saïed, a toujours diabolisé l’idée de la normalisation avec Israël.

«Tout en rappelant que ces sites sont habitués à propager de telles rumeurs dans des tentatives récurrentes visant à porter atteinte à l’image de notre pays et à son soutien immuable au droit palestinien imprescriptible, le ministère affirme que la Tunisie n’est pas concernée par l’établissement de relations avec l’entité occupante et qu’elle demeurera un appui officiel et populaire aux frères palestiniens dans leur combat jusqu’au recouvrement de leurs droits légitimes, au premier rang desquels l’instauration d’un Etat indépendant avec Al-Qods comme capitale», insiste le communiqué des AE.

Pour rappel la Tunisie et Israël ont entretenu des relations diplomatiques partielles dans les années 1990 à la suite des accords d’Oslo, avec l’ouverture d’un bureau d’intérêts israéliens à Tunis et d’une représentation diplomatique tunisienne à Tel-Aviv, qui ont ensuite fermées en raison du déclanchement de la deuxième intifadha d’Al Aqsa contre l’occupant sioniste au début des années 2000.

Israël s’est illustré par de nombreux actes criminels sur le sol tunisien qui ont révolté l’opinion publique et arabe.
Le 15 décembre 2016, des agents du Mossad avaient assassiné à Sfax l’ingénieur Mohamed Zouari, qui était derrière la conception des drones des brigades Izzedine al Kassam en Palestine, ce qui a irrité les autorités tunisiennes qui ont saisi alors l’ONU.

Le 16 avril 1988, des agents israéliens avaient assassiné, dans sa résidence à Sidi Bousaïd, le chef politique de l’OLP, Khalil al Wazir alias Abu Djihad. Trois ans auparavant, ils avaient mené un raid aérien contre le siège de l’organisation palestinienne dans la banlieue Sud de Tunis faisant 68 morts.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email