-- -- -- / -- -- --
Nationale

La trésorerie enregistre 15 milliards de dollars de déficit

La trésorerie enregistre  15 milliards de dollars de déficit

Le déficit du commerce extérieur de l’Algérie s’est encore creusé de manière inquiétante sur les neuf premiers mois de l’année en raison d’une régression des exportations. De janvier à septembre 2016, la balance commerciale a enregistré un déficit de 15,05 milliards de dollars (mds usd), contre 12,53 mds usd à la même période de 2015.

Ce creusement commercial de 2,51 mds usd est du principalement à la baisse des exportations qui ont régressé de 20,03%, en totalisant seulement 20,04 mds usd, contre des recettes de 26,93 mds usd générées sur la même période de 2015, soit une baisse de près de 6,9 mds usd, indiquent les statistiques des Douanes.

Les importations ont également été réduites mais elles restent toujours aussi importantes par rapport aux exportations en s’établissant à 35,08 mds usd, contre 39,46 mds usd, soit une baisse de près de 4,4 mds usd (-11,1%).

Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 57 % durant la période considérée, contre 68 % à la même période de l’année d’avant. Les exportations des hydrocarbures, qui représentent toujours la totalité des ventes nationales vers l’étranger avec 93,73% du total des exportations, ont reculé de 26,3 % en totalisant 18,789 mds usd contre 25,489 mds usd à la même période de 2015, soit une baisse de 6,7 mds usd.

Quant aux exportations hors hydrocarbures, qui demeurent toujours aussi faibles –ne représentant que 6,27% du volume global des exportations- elles ont encore reculé à 1,25 milliard usd contre 1,44 milliard usd, soit une baisse de 13,31 %.

Pour ce qui est des importations, tous les groupes de produits ont connu une baisse entre début janvier et fin septembre de l’année en cours. Faut de solde, sur les 35,08 mds usd d’importations enregistrées, un montant de 20,57 mds usd a été payé par cash (58,65% des importations), soit un recul de 12% des règlements par cash par rapport à la même période de 2015.

Les lignes de crédit ont financé les importations à hauteur de 37,54% pour un montant de 13,17 mds usd (baisse de 11,76%), tandis que les comptes en devises propres ont financé à hauteur de 3 millions usd contre 18 millions usd (baisse de 83,33%). Le reste des importations a été financé par le recours à d’autres moyens de paiement à hauteur de 1,33 md usd (en hausse de 17,65%).

La baisse du prix du pétrole depuis l’été 2014, de 110 dollars à moins de 45 dollars, a gravement impacté les pays dont l’économie est fortement dépendante des hydrocarbures tels l’Algérie, les poussant à réfléchir sur une nouvelle politique économique pour se prémunir de la chute de l’or noir.

Même le Fonds de régulation des recettes (FRR) crée en 2000, et qui a financé une grande partie du déficit du Trésor public, a été épuisé et la conjoncture du marché pétrolier ne permet pas à l’Algérie d’alimenter le FRR. Aussi, le projet de la loi de finances 2017 propose carrément la suppression du seuil lié au solde minimal obligatoire du Fonds, fixé à 740 milliards de dinars, justifiant cette proposition par le « resserrement des ressources financières de l’Etat ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email