-- -- -- / -- -- --
Nationale

La situation s’améliore au Mali

La situation s’améliore au Mali

La situation au Mali s’améliore et éloigne le spectre du retour aux affrontements armés entre le gouvernement malien et les mouvements touaregs du Nord.

Le « progrès » est reconnu au plan international. En effet, il y a « progrès » ces derniers temps s’agissant de la situation au Mali, a affirmé hier à Alger la conseillère pour l’Afrique du président français François Hollande, Mme Hélène Le Gall, relevant « l’influence » qu’exerce l’Algérie dans la région.

« Nous avons fait un tour d’horizon des questions africaines et nous avons constaté un progrès ces derniers temps s’agissant de la situation au Mali.

Il faut continuer sur cette lancée dans les domaines de la sécurité, du développement et de l’accompagnement politique », a déclaré à la presse Mme Le Gall à l’issue de son entretien avec le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel.

« L’Algérie a beaucoup d’influence sur les pays de la région et c’est important qu’elle et la France pèsent sur les crises qui sont en cours, comme c’est le cas par exemple en Libye, afin qu’un gouvernement se mette en place et qu’une solution soit trouvée à la crise », a ajouté Mme Le Gall.

La conseillère pour l’Afrique du président français a, par ailleurs, relevé une « convergence de points de vue » entre les deux pays sur la situation en Tunisie, en Libye, ainsi que sur la « menace terroriste que représente le groupe Boko Haram ».

Abdelkader Messahel a précisé, de son côté, que cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une série de « concertations » sur les questions qui interpellent les deux pays, notamment la situation au Mali « où la France fait partie du groupe de médiation et joue un rôle assez important dans la mise en œuvre des accords d’Alger ».

« Nous avons également partagé les analyses sur d’autres sujets, dont la menace terroriste de Boko Haram et, plus largement, dans la région du Sahel et en Libye et échangé les points de vue sur le rôle que peuvent jouer les instances africaines et européennes, notamment dans le cadre du partenariat Europe-Afrique », a poursuivi Abdelkader Messahel.

Il y a une semaine, et dans un communiqué rendu public le 30 septembre 2015, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a annoncé : « la Coordination des Mouvements de l’Azawad informe qu’une rencontre réunissant des responsables de la CMA, de la Plateforme, en présence de trois membres du gouvernement malien s’est tenue ce 28 septembre 2015 aux alentours d’Anafif ».

« Cette rencontre constitue une ouverture d’échanges formels entre la CMA et la Plateforme et la continuité d’un dialogue que nous souhaitons constructif et rassembleur », a ajouté la CMA dans son communiqué. Le gouvernement du Mali et les mouvements touaregs du nord de ce pays expriment leur volonté de parvenir à la réconciliaition et la paix dans leur pays, insistant sur la nécessité de respecter l’accord d’Alger élaboré dans ce but.

La paix réinstaurée dans ce pays, les organisations terroristes, dont Daech et Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qui sévissent au Mali, finiront par le quitter. Les organisations terroristes profitent du chaos pour s’imposer dans un pays, comme ils s’imposent actuellement en Libye.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email