-- -- -- / -- -- --
Nationale

La situation est préoccupante dans les écoles à Bejaïa

La situation est préoccupante dans les écoles à Bejaïa

Le secteur de l’éducation dans la wilaya de Bejaïa vit ses moments les plus difficiles. En plus de la grève du CNAPESTE a atteint depuis cinq jours son premier mois, l’intersyndicale semble se préparer à une grève de longue durée. Après son débrayage d’une journée la semaine passée, elle est repartie à la protestation par une nouvelle action, à savoir une grève générale de deux jours. Cette action a été relativement suivie dans les cycles primaire et moyen selon des échos.

Selon Hocine Benamara, coordinateur du CLA à Bejaïa, la grève a été largement suivie durant la première journée et elle plus encore en cette deuxième journée, à savoir plus de 70% pour les trois palier et plus de 95% dans les lycées. L’intersyndicale regroupant plusieurs syndicats dont l’UNPEF, SNTE, CLA et SATEF exige la satisfaction de plusieurs revendications d’ordre national. L’échec du dialogue initié dimanche dernier avec la tutelle a poussé l’intersyndicale à revenir à la charge pour réclamer à nouveau la prise en charge de ses revendications dont « l’amendement du décret exécutif 12/240 portant statut particulier des personnels de l’éducation nationale, l’adoption d’un régime indemnitaire incitatif, ainsi que la révision de la grille salariale en fonction de l’inflation ». Les syndicats autonomes revendiquent aussi « la révision de la loi fondamentale du secteur de l’éducation, la satisfaction des revendications soulevées dans le cadre de l’intersyndicale de la fonction publique, l’application immédiate de la décision présidentielle de revalorisation des diplômes DEUA et licence, la création d’un nombre suffisant de postes en faveur de tous les grades et l’augmentation de la rémunération des heures supplémentaires et l’amélioration de la situation socioprofessionnelle des corps communs et ouvriers professionnels en procédant à l’annulation de l’article 87 bis ».

Il y a aussi parmi les revendications des syndicats « la révision du dossier de retraite et le retour à 32 ans de service et la retraite anticipée, le rejet de la révision du code du travail, la protection du pouvoir d’achat, ceci à la hauteur de l’inflation actuelle, la protection des libertés syndicales qui sont non négociables, et le droit à la grève ». Notons que l’Union des parents d’élèves a appelé ces derniers à un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya aujourd’hui dans la matinée afin d’« exiger la reprise immédiate de la scolarité de nos enfants », lit-on dans le document qui nous a été transmis. « L’Union des parents d‘élèves de la wilaya de Bejaïa considère aujourd’hui que le dialogue doit impérativement prévaloir, pour le règlement définitif de ce conflit qui oppose le syndicat CNAPESTE et le ministère de l’Education nationale », lit-on dans le document. Et d‘ajouter : « Ce conflit qui perdure nous préoccupe et nous inquiète à plus d’un titre, engage l’avenir de tous nos élèves, dont le spectre d’une année blanche et l’échec programmé se profilent à l’horizon si des mesures urgentes ne sont pas prises. » L’UPE/WB rappelle les correspondances adressées aux autorités les mettant devant leur responsabilité, « pour trouver des solutions durables, pour le retour à la normalisation de la scolarité de nos enfants, mais en vain ». Pour sa part, la LADDH a appelé, dans une déclaration rendue publique, à un dialogue social, rappelant que « plusieurs secteurs sensibles de service public et sociaux sont touchés par un malaise social et l’inquiétude générale face au mutisme, à l’entêtement et l’obstruction de toute forme de médiation et du respect des droits fondamentaux à l’instar des libertés

démocratiques de manifestations, syndicales et d’expression ». Pour la LADDH, « l’école se retrouve au centre des tumultes en l’absence de sortie de crise, au grand malheur des enfants ». Interpellant les hautes autorités du pays dont la présidence de la République et le Premier ministère à intervenir en urgence en vue d’une solution juste dans le cadre d’un large dialogue social, sérieux et sans préalable et avec l’ensemble des acteurs, en respect des libertés syndicales et des droits des travailleurs

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email