-- -- -- / -- -- --
Nationale

La refonte du système éducatif et le Hirak au programme

La refonte du système éducatif et le Hirak au programme

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF) a ouvert ce mardi, au lycée Melbou à Béjaïa, son université d’été, qui s’étalera sur trois jours. Une rencontre qui intervient dans un contexte particulier, a indiqué Boualem Amoura, secrétaire général du SATEF.

Cette rencontre va regrouper près d’une centaine de délégués venus des quatre coins du pays et sera l’occasion de mettre la lumière sur plusieurs sujets qui préoccupent les travailleurs, ceux du secteur principalement. Contacté par nos soins, M. Amoura a insisté sur le fait que, cette année, la rentrée scolaire aura lieu dans des conditions un peu spéciales par rapport à ce que vit l’Algérie depuis le déclenchement du Hirak, affirmant que son syndicat, qui s’est retrouvé impliqué dans le mouvement dès le premier jour, ne peut rester aujourd’hui en marge de ces évènements. « Depuis le 22 février, nous nous sommes occupés du Hirak, négligeant ainsi les problèmes des travailleurs de l’éducation, et c’est tout à fait normal, car en tant que syndicat, nous ne pouvons nous occuper des problèmes personnels alors que l’Algérie va mal », a-t-il signalé. L’objectif du syndicat, selon notre interlocuteur, est de faire sortir le pays de la crise pour, ensuite, se pencher sur les revendications du secteur dans « une Algérie nouvelle ».

L’université d’été qu’organise le SATEF, a affirmé M. Amoura, est une occasion de décider de quelle manière le syndicat doit continuer de lutter au sein du mouvement. « Nous allons réfléchir aussi sur les démarches à prendre pour aider la société civile dans sa démarche d’aller vers des solutions de sortie de crise. C’est pour cela qu’un grand débat va être organisé sur la situation du pays et la situation dans le secteur, et nous allons sortir avec une plate-forme de revendications », a-t-il souligné. Par ailleurs, et concernant l’université d’été, M. Amoura a insisté sur les objectifs de ce regroupement qui doit sortir avec des propositions allant dans l’intérêt des travailleurs de la fonction publique en général et des travailleurs du secteur de l’éducation en particulier. Près de 120 personnes participent à cette rencontre. « Nous attendons l’arrivée de toutes les délégations pour l’ouverture des travaux (hier mardi, ndlr) de l’université d’été vers 18 heures », a-t-il indiqué.

Les ateliers prévus aborderont les affaires internes du syndicat, la structuration et les perspectives. Il sera question également de préparer la rentrée sociale et scolaire. « Nous devons prendre des décisions en tant que syndicat autonome et démocratique pour bien réussir la rentrée scolaire et sociale. Là aussi, il y a beaucoup de choses à dire vu tout ce que subit, l’école algérienne », a indiqué M. Amoura, qui a ajouté que sur le plan pédagogique, des recommandations seront formulées par le SATEF en vue de booster le secteur de l’éducation. Il a par ailleurs évoqué le problème du programme scolaire, le poids du cartable, la surcharge des classes, les langues étrangères et le rythme scolaire qui, selon lui, « doivent être revus ». Ces ateliers, a-t-il fait savoir, seront sanctionnés par la tenue du conseil national du syndicat. Un autre volet très important sera également débattu, celui des œuvres sociales. « Nous allons demander un référendum sur la gestion des œuvres sociales et réclamer une enquête sur la manière dont elles ont été gérées », a-t-il fait savoir. Une conférence sera également animée par Noureddine Bouderba sur les questions de la sécurité sociale, du secteur de la santé et des œuvres sociales.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email