-- -- -- / -- -- --
Nationale

«La raison d’être du FFS c’est le combat pour la démocratie»

«La raison d’être du FFS c’est le combat pour la démocratie»

C’est sous le signe du « consensus national pour la préservation de notre pays » qu’a été placée l’université d’été du Front des forces socialistes qui s’est tenue à Souk El-Tennine comme de tradition. Une rencontre à laquelle ont pris part plus de 700 militants, cadres et invités.

Dans son discours d’ouverture de la manifestation, le premier secrétaire national du FFS, Abddelmalek Bouchafa, estime qu’ »aujourd’hui, la situation du pays est délicate.

Nous avons à relever des défis immenses et le projet politique du FFS est avant tout un acte de confiance lucide dans les destinées de notre pays, un engagement total pour la cause nationale, la cause démocratique, la cause de la justice sociale et de l’équité ».

Un engagement, dit-il, qui « s’adapte et prend en compte les données historiques, géographiques, économiques et culturelles qui attestent de la vitalité et de la grandeur de ce peuple ». Rien n’est séparable de la politique : « Tout est politique, la santé, l’éducation, l’emploi, les retraites, l’environnement, l’économie, la culture » dit-il.
Poursuivant sur sa lancée, il dira : « C’est une explication simpliste que de prétendre que la crise que vit le pays est due à la chute des prix des hydrocarbures ».

Et d’ajouter : « Au FFS, nous estimons que la crise est avant tout politique, nous voulons remettre le politique au cœur de l’économie, nous estimons nécessaire un débat national sur les questions essentielles, nous continuons de travailler à réunir les conditions d’un consensus économique et social ».

Pour lui, « la sortie du statu quo, le dépassement de la crise passe par le politique ». Et d’asséner : « La dépolitisation profite au pouvoir, c’est lui qui l’a provoqués, entretenus et encouragés à travers sa propagande et ses lois, c’est pourquoi nous nous adressons à toutes celles et à tous ceux qui veulent faire avancer la cause nationale, la cause du consensus, la cause démocratique pour s’impliquer dans les luttes ».

Le FFS « est convaincu qu’ »aujourd’hui plus que jamais ils veulent construire démocratiquement la nation algérienne et lui donner une unité et une cohésion telles que celles qui lui ont permis d’assurer son existence et son développement à travers l’histoire ». Et pour cela, il se tourne vers la jeunesse.

Il dira à ce propos que « notre confiance va à notre jeunesse, à cette jeunesse qui, dans les moments critiques de l’histoire de notre pays, a consenti tous les sacrifices et a su trouver les réponses à des situations de crise qui ont parfois mis en péril l’existence et le devenir de notre pays, Etat, nation et société ».

« La jeunesse a sa place, a son rôle à jouer dans l’entreprise de rassemblement de toutes les énergies nationales, un rassemblement est aujourd’hui plus que jamais à l’ordre du jour et plus que jamais accessible ».

Pour le responsable du FFS, « le peuple algérien continuera à lutter contre toutes celles et tous ceux qui sont prêts à sacrifier l’indépendance et la souveraineté de notre nation au profil de puissances plus fortes, de centres politiques et économiques internationaux pour bénéficier de leur soutien et de leur protection ».

Et de faire remarquer par la suite que « le patriotisme est inséparable de la démocratie, nous sommes tout entier dans ce combat et le FFS est tout entier dans ce combat, et sa raison d’être c’est le combat pour la démocratie et l’Etat de droit dans la continuité de la lutte pour l’indépendance nationale ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email