-- -- -- / -- -- --
Culture

La qacida de Darwich et Moufdi

La qacida de Darwich et Moufdi

Les poètes Mahmoud Darwich et Moufdi Zakaria sont considérés comme « deux faces d’une même qacida » glorifiant la lutte des peuples palestinien et algérien par les participants à la cinquième édition du Colloque littéraire national Bougies qui ne s’éteignent jamais, ouvert ce mardi 14 à Oran.

Pour le poète Belhadj Laid d’Oran, ses homologues Mahmoud Darwich de Palestine et Moufdi Zakaria d’Algérie se rejoignent dans la scène culturelle arabe pour exprimer, dans leurs poèmes, le long militantisme de leurs peuples respectifs contre le joug colonial, et louant leur combat pour une cause juste.

De son côté, le représentant de l’ambassade de la Palestine en Algérie, M. Youcef Abed, a abordé le parcours littéraire des deux poètes, tout en affirmant que Moufdi Zakaria a immortalisé la cause palestinienne dans deux qacidate dans ses diwans (répertoires) El lehb el moqadess (La flamme sacrée) et Wah’ii el Atlas (Esprit de l’Atlas).

Dans une déclaration à l’Agence presse service d’Algérie, M. Abed a confié que Moufdi Zakaria et Mahmoud Darwich sont « deux repères ayant illuminé la voie de la liberté pour la glorieuse révolution algérienne et la question palestinienne, la révolution algérienne est tutrice de la révolution palestinienne ».

Quant à l’invité d’honneur de cette édition, le chercheur en histoire Bouchikhi Cheikh, il a traité du soutien de longue date de l’Algérie à la Palestine, évoquant la participation de Sidi Boumediène Chouaib à la libération d’El Qods à l’époque de Salaheddine El Ayoubi et celle d’Algériens à la guerre de 1948 contre l’occupant sioniste.

Cette rencontre, de trois jours, constitue une occasion pour nombre de chercheurs et d’hommes de lettres de mettre en évidence le parcours de ces illustres aèdes, permettre aussi à de jeunes poètes issus des différentes wilayas d’Algérie de présenter des poèmes sur la guerre de libération nationale et sur le combat livré par les Palestiniens pour recouvrer leur liberté et leur dignité, ponctués par des chants de la troupe El Bahdja d’Alger.

Le programme de ce colloque, organisé par la direction de la culture Zeddour Brahim Belkacem d’Oran sous l’égide de la direction de la culture de la wilaya, comporte des études sur les deux poètes, la présentation d’un nouvel ouvrage Djazia qui est un recueil de contes du professeur Bouchikhi Cheikh.

Le choix porté au thème De Moufdi Zakaria à Mahmoud Darwich est motivé par le fait de mettre en valeur la solidarité et le soutien de l’Etat et du peuple algérien à la cause et au peuple palestiniens qui prennent la révolution algérienne comme symbole et exemple à suivre dans le combat pour l’autodétermination. L’auteur du texte de l’hymne national, Qassaman, le poète Moufdi Zakaria (1908-1977) a légué aussi des qacidate éternelles comme Tahtat dhilal ezzeitoun (sous l’hombre des oliviers).

Le poète regretté de la révolution palestinienne et membre actif du mouvement national palestinien Mahmoud Darwich (1941-2008) est l’un des poètes du monde arabe les plus connus. Il a laissé plusieurs œuvres poétiques dont Athar el faracha (effet du papillon), Kazahr ellouz aou abaad (rose des amandes ou plus) et Madih eddhil el aali (hymne de l’ombre supérieur).

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email