-- -- -- / -- -- --
Nationale

La purge au sein du FLN a commencé

La purge au sein du FLN a commencé

Le SG du FLN, Amar Saâdani réunit aujourd’hui à l’hôtel le Mouflon d’Or, les secrétaires généraux de mouhafadha a pour accélérer les préparatifs du 10e congrès du parti prévu en juin prochain.

En invitant les SG des mouhafadha à cette rencontre, Saâdani veut mettre à profit cette réunion pour faire la peau à la vieille garde du FLN qui lui mène la guerre au sein du Comité central.
Ainsi, le chef du FLN entend mettre aux premières loges les mouhafedhs, qui lui sont acquis, pour préparer le 10e congrès.

« Celui qui veut être élu doit passer par la base et non pas par le sommet. L’ère des nominations d’en haut est révolue » , a- t-il brandi lors de son meeting samedi à Sétif.

Pour ce faire, Saâdani a annoncé que les commissions de wilaya en charge des préparatifs ont été installées au niveau des mouhafadhas, et que des instructions liées aux préparatifs ont été données lors de la dernière réunion du BP. Le secrétaire général du FLN, a indiqué que le congrès aura comme slogan « Renouveau et rajeunissement » , car dit t-il, il était temps de remettre le flambeau à la jeunesse ainsi qu’à la femme soulignant l’impératif du renouvellement.

Le congrès sera « préparé » par les militants activant au sein de mouhafadha et des kasmas et non plus, comme auparavant, depuis Alger par le comité central » , a ajouté Amar Saâdani. Une démarche qu’El Hadi Khaldi récuse, estimant que ce sont là des prérogatives relevant de la commission de préparation dudit congrès pour laquelle, « tout le monde doit être associé, sans exclusion aucune « , dit-il.

Se taire est un crime impardonnable

Six membres du comité central, Mustapha Cherchali, Abbas Mekhalif, Halima Lekhal, AbdelakderZidoud, Ammar Aichaoui et Tahar Bouguettaf, sont sortis de leur réserve en lançant un véritable SOS à travers une lettre ouverte pour sauver le parti. Les six membres du CC n’ont pas manqué d’interpeller l’ensemble des membres du CC sur la situation du FLN.

Dans cette lettre, ils appellent ainsi les cadres et les militants du parti à « agir dans l’intérêt du pays » , en commençant par « remettre le FLN sur les rails » .

Ils leur demandent d’organiser en urgence une session extraordinaire du comité central afin de reformer radicalement le fonctionnement du parti et se pencher sérieusement sur la situation « préoccupante » du pays. Ils estiment que se taire devant ce qui se passe « est un crime impardonnable » .

Les six membres du comité central du FLN appellent cette haute instance légitime entre deux congrès à assumer ses responsabilités historiques, en agissant pour mettre un terme à ces « dérives dangereuses » qui risquent de compromettre les chances de voir l’Algérie se démocratiser et se développer :»

En dépit de son succès lors des dernières élections législatives et locales, le FLN n’a pas recruté de nouveaux militants ni eu de nouvelles voix. Au contraire, son gisement électoral a reculé de manière importante depuis 2002 » , soulignent les protestataires qui considèrent que « ce bond en arrière » s’est traduit par la perte de l’influence du parti sur les événements politiques nationaux et par « une crise organique qui menace son existence » .
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email