-- -- -- / -- -- --
Nationale

La production céréalière baisse à 33 millions de qx

La production céréalière baisse  à 33 millions de qx

C’est une année à tout point de vue catastrophique pour l’agriculture algérienne. Par rapport à l’année record (60 millions de qx), la récolte de cette année a baissé de presque 50%, loin des objectifs assignés en début de saison.

La production céréalière nationale au titre de la campagne de moisson-battage (2015-2016) a atteint environ 33 millions de quintaux contre 40 millions de quintaux l’année dernière, a indiqué hier à Alger le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdesslam Chelghoum.

Le ministre a imputé la baisse de la production céréalière (blé dur et tendre et orge) à plusieurs facteurs dont essentiellement la sécheresse, qui a touché différentes régions à vocation céréalière notamment Tiaret, Sidi Bel Abbès, Tébessa et Aïn Temouchent. Chelghoum a précisé que la wilaya de Tiaret, l’une des principales régions céréalières, avait été particulièrement touchée par le verglas.

Les facteurs climatiques sont à l’origine de la baisse de la production céréalière dans l’ouest du pays à hauteur de 40%, selon le ministre. La sécurité alimentaire, l’un des leitmotivs du gouvernement, est loin d’être gagnée.

En effet, d’année en année, la production céréalière a baissé à un niveau presque alarmant. L’objectif d’atteindre les 80 millions de quintaux qui peuvent assurer au pays une aisance alimentaire sans recourir aux importations qui coûtent chaque année aux contribuables presque 2 milliard de dollars est un pari difficile à gagner.

Plusieurs raisons expliquent cette déficience. Parmi elles, l’absence de la recherche agronomique, en passant par le modèle d’organisation de la production et le problème dû au foncier agricole qui continue de poser des difficultés : mauvaise gestion et vétusté des systèmes d’irrigation, dégradation des infrastructures, détresse des agriculteurs, etc. Tels sont les maux qui rongent l’agriculture algérienne, engouffrée dans une sorte de somnolence et pesant pour 11% du PIB.

L’Algérie dispose d’un réel potentiel agricole qui pourrait offrir d’importantes perspectives de développement vers l’autosuffisance alimentaire et être générateur d’emplois pour un segment considérable de la population (actuellement 20% de l’emploi total provient du secteur agraire). Mais le problème du foncier agricole, des ressources en eau, les difficultés de gestion et le manque de volonté politique l’en empêchent durablement.

L’agence d’études économiques Economist Intelligence Unit a publié un rapport classant l’Algérie au 73e rang sur 105 pays en matière de sécurité alimentaire, entre l’Ouzbekistan et le Cameroun. A titre de comparaison avec les pays voisins, le Maroc se situe à la 59e place et la Tunisie à la 50e. 

Cette étude porte sur plusieurs critères à savoir les efforts de recherche, le niveau d’approvisionnement alimentaire du pays, le coût et l’accessibilité financière de la nourriture, la qualité et la sécurité des aliments consommés et enfin le revenu par habitant. Selon cette étude, l’Algérie se trouve parmi les trois pays d’Afrique ayant réalisé les moins bonnes performances au cours des deux dernières décennies.

Sa dépendance croissante vis-à-vis des marchés mondiaux des produits alimentaires -et leurs fluctuations- souligne une dynamique néfaste qui place le pays dans une position de vulnérabilité reportant à demain la résolution d’un véritable problème structurel.

L’agriculture algérienne est très loin d’assurer l’autosuffisance alimentaire. Rapelons, par ailleurs, que les importations de l’Algérie en blé devraient atteindre 7,3 millions de tonnes (Mt) durant la campagne commerciale céréalière 2015-2016, selon les prévisions du Conseil international des céréales (CIC).

Ce chiffre classe l’Algérie dans la case des pays gros importateurs de blé tels que l’Egypte, qui devrait finir avec 10,5 Mt de blé, ou encore l’Indonésie avec 8,1 Mt. Durant les cinq premiers mois de l’année, les importations nationales en blé se sont accrues de 13,2% en atteignant 4,14 mt contre 3,66 mt à la même période de l’année précédente

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email