-- -- -- / -- -- --
Nationale

La prison pour le président de la Chambre de commerce et d’industrie Seybouse

La prison pour le président de la Chambre de commerce et d’industrie Seybouse

Le président du tribunal correctionnel près la cour d’Annaba a condamné, jeudi dernier, Tayeb Sahtouri, président de la Chambre de commerce et d’industrie Seybouse, et son chauffeur à 5 ans de prison ferme et une amende de 5 000 dinars, le policier véreux à 12 ans de prison ferme, tandis que le trafiquant de drogue a été condamné à 10 ans de prison ferme.

A noter que le procureur de la République, dans son réquisitoire, avait requis 10 ans de prison ferme à l’encontre de Tayeb Sahtouri, 10 ans pour son chauffeur et un policier véreux et 15 ans pour un dealer notoire.

Durant le procès, le président de la CCI Seybouse, également vice-président d’obédience FLN à l’APC d’Annaba, avait nié les faits qui lui sont reprochés et traitera son chauffeur de menteur et de comploteur pour l’accuser à tort.

Les faits de cette affaire remontent au dimanche 17 juillet dernier quand, vers 13h, un policier avait tenté, devant le siège du journal Essarih, d’arrêter Ghanem Khemissi, directeur de la rédaction de ce journal au motif qu’il était recherché par les services de police.

Refusant de le suivre, le journaliste sera sévèrement malmené par le policier qui n’hésitera pas à lui porter des coups de poing et de pied.

Le policier agresseur appellera même du renfort au numéro vert 15.48, et une fois ledit renfort sur les lieux, Ghanem Khemissi sera malmené une seconde fois avant d’être conduit de force au central de police.

Selon des témoignages de citoyens qui avaient assisté à la scène d’arrestation du journaliste, le policier aurait déclaré à ses collègues arrivés en renfort qu’il avait trouvé sur Ghanem Khemissi neuf morceaux de kif traité, alors que selon ces mêmes témoignages aucune fouille n’a été effectuée sur lui.

Jurant
son innocence, le directeur d’Essarih ne sera reconnu innocent qu’après avoir été écouté par le chef de sûreté de la wilaya qui interrogera également le policier auteur de cette arrestation musclée.

Coup de théâtre, le policier reconnaîtra spontanément que la drogue lui appartenait et qu’il avait tenté de salir et de mettre en prison, par le biais du chauffeur du président de la CCI Seybouse, le journaliste Ghanem Khemissi.

Il révélera aussi que l’argent et la drogue lui ont été remis par le chauffeur de la chambre de commerce. Arrêté à son tour, ce dernier reconnaîtra les faits tout en dénonçant le dealer chez qui la drogue a été achetée.

A signaler que Ghanem Khemissi a déposé plainte contre 4 policiers qui l’avaient brutalisé lors de son arrestation. Une affaire qui sera traitée prochainement. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email