-- -- -- / -- -- --
Nationale

La presse nationale, «motif de fierté» de la société

La presse nationale, «motif de fierté» de la société

C’est ce qu’a déclaré, hier, le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, au forum d’El Moudjahid, devant une grande affluence de journalistes représentant différents organes de la presse nationale.

Nombre de sujets ont été abordés, soulevés par les interrogations des journalistes cherchant des éléments de réponse à leurs nombreuses préoccupations.

« La presse n’est pas épargnée par la crise multidimensionnelle que traverse le pays, et c’est pour cela qu’un fonds d’aide à la presse est prévu dans le plan d’action du gouvernement « , a fait savoir le ministre, sans donner des précisions quant à la date de sa mise en application et son montant.

Cette aide sera octroyée dans le cadre d’un cahier des charges. Interrogé sur la publicité, Kaouane estime que ce secteur est plutôt dominé par la « publicité privée « avec 80% du marché.
« La publicité publique ne représente que 20 % du marché national », a-t-il souligné.

Et d’enchaîner que la publicité sert d’appui « fort et nécessaire « pour la presse, précisant que « la presse écrite est dans une situation des plus délicates », surtout que « les annonceurs préfèrent se diriger vers la télévision qui propose une grille de prix moins chers « .

Abordant la question de l’Autorité de régulation de la presse écrite, le ministre a annoncé qu’elle « sera installée incessamment », sans avancer une date précise.

Il s’est contenté de dire que « le processus prendra le temps qu’il faudra » et qu’elle a beaucoup de prérogatives.
C’est dans ce sens que le ministre a appelé à s’habituer au fait que « le secteur doit être régi par des autorités indépendantes ».

Pour ce qui est de la presse électronique, M. Kaouane qualifie celle-ci de « l’avenir « , tout en se focalisant sur les réseaux sociaux qui pourraient, selon lui, « égaler un journal électronique ou même le dépasser par rapport à leur impact sur les internautes ».

Concernant la suspension de la diffusion de TSA (NDLR : Tout sur l’Algérie, journal électronique dont le siège social est à Paris), le ministre a tenu à préciser que son département n’en est pas responsable. Toutefois, Djamel Kaouane qualifie la presse nationale de « motif de fierté » de la société algérienne, « une presse qui ne cesse d’évoluer « , dit-il.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email