-- -- -- / -- -- --
Nationale

La population réclame un échangeur à Boudjellil

La population réclame un échangeur à Boudjellil

L’absence d’un échangeur qui devrait déboucher sur les RN 106 et 26 à Allaghan ou à Aftis, dans les communes de Boudjellil et Tazmalt, a provoqué le courroux des habitants des cinq communes de la basse Soummam à savoir Boudjellil, Aït R’zine, Béni M’likèche, Ighil-Ali et Tazmalt.

Ces derniers, qui ont déjà fait savoir qu’ils sont mécontents, par une pétition il y a de longs mois, sont revenus à la charge hier par une action de protestation sur la voie même de la pénétrante autoroutière qu’ils ont coupée au lieudit Seviaiane Cheik » près d’Aftis et d’Allaghan dans la commune de Boudjellil.

Les protestataires ont lancé un appel pour un rassemblement sur la voie le jeudi 2 mars, jour de sa mise en service par le ministre des Travaux publics, qui va inaugurer les 42 km de la première tranche située entre la commune d’Adjiba et le village Biziou, dans la commune d’Amalou, daïra d’Akbou.

Les protestataires ont déployé une banderole sur les lieux où ils ont coupé la voie. Ils ont relevé le fait que la pénétrante traverse cinq communes de la basse Soummam sans échangeur et sans issue jusqu’à à Akbou.

Selon un élu APW, sans échangeur il est tout simplement impossible, en cas d’accident de la route pour les ambulances et les services de sécurité, notamment la gendarmerie de Béni Mansour, de se rendre sur les lieux dans cette zone rurale pour secourir les victimes dans de bonnes conditions.

Pour les mécontents qui se sont donné rendez-vous pour un autre rassemblement jeudi prochain, jour de la mise en service de la première tranche par le ministre des Travaux publics, la pénétrante sera sans aucune incidence sur la vie des habitants des cinq communes sur le plan socio-économique, et le désenclavement tant espéré de ces localités-dortoirs et très pauvre et leur développement n’aura pas lieu.

Pour rappel, un échangeur était initialement prévu à Aftis mais deux familles s’y opposent et les responsables des travaux publics se sont pliés à ces oppositions. Un citoyen a même proposé à un responsable de l’ANA hier de réaliser un échangeur sur ses terres contre une indemnisation. 

A noter que le chef de daïra de Tazmalt, le député Khaled Tazaghart, et le directeur de l’ANA étaient sur les lieux. Le chef de daïra a même discuté avec les représentants des associations et comités des villages.

« Nous avons rencontré le directeur de l’ANA qui nous a informés qu’un échangeur sera réalisé à Aftis mais sans préciser quand », nous dit un citoyen « Il s’est, juste, contenté de rappeler que deux propriétaire terriens s’opposent à la réalisation de cet échangeur.

Cependant, le mécontents semblent plus déterminés que jamais à poursuivre la protestation pour se faire entendre et faire entendre raison aux deux personnes qui ont manifesté leur opposition à cause de deux tombes se trouvant sur le tracé de l’échangeur.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email