-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

La plupart des malformations cardiovasculaires sont curables

La plupart des malformations cardiovasculaires sont curables

« Une cardiopathie congénitale peut être découverte en cours de grossesse, après la naissance ou à l’âge adulte. Si on soupçonne une malformation cardiaque, l’enfant sera référé à un cardiologue pédiatrique qui examinera les antécédents familiaux et médicaux, procédera à un examen médical et demandera des tests, a expliqué le Dr Bertrand Stos Cardio-pédiatre, à l’hôpital Necker en marge de la rencontre sur l’échographie du cœur fœtal qui s’est tenue à l’hôtel mercure à Alger.

« Le diagnostic avant la naissance est difficile. C’est un organe qui bouge dans un corps qui bouge, a fait savoir le spécialiste, tout en soulignant que « La cardiopathie congénitale survient lorsque les vaisseaux sanguins situés à proximité du cœur ne se développent pas normalement avant la naissance.

« Les cardiopathies congénitales touchent environ 1 % des naissances vivantes et représentent la malformation congénitale la plus fréquente chez les nouveau-nés. Il existe plusieurs types de cardiopathies congénitales avec différents niveaux de gravité et dans la plupart des cas, nous ignorons quelle en est la cause », a-t-il expliqué.

Les médecins de l’Unité d’Explorations cardiologiques sont spécialisés dans le diagnostic et la prise en charge des pathologies cardiaques, aussi bien en période prénatale qu’après la naissance, tout au long de l’enfance et à l’âge adulte pour les patients atteints de cardiopathies congénitales.

Le Dr Bertrand Stos a précisé que « certaines infections virales durant la grossesse, la rubéole par exemple, peuvent provoquer des cardiopathies. La consommation de certains médicaments, substances toxiques et abus d’alcool peuvent être responsables de certaines malformations. L’hérédité ou certaines anomalies chromosomiques jouent également un rôle. Par exemple les enfants atteints d’une trisomie 21 ont souvent une malformation cardiaque », a-t-il noté.

« Grâce aux importantes percées médicales, le taux de survie des enfants atteints de cardiopathie congénitale s’est grandement amélioré. La plupart des malformations congénitales cardiovasculaires sont curables chez les nouveaux nés et chez l’enfant », a-t-il souligné, et d’ajouter que « la meilleure prise en charge des malformations congénitales cardiovasculaires exige la mise en place d’un réseau multidisciplinaire ».

Organisée par les laboratoires pierre Fabre en partenariat avec l’association nationale des gynécologues obstétriciens libéraux, le Dr Bertrand a mis en exergue, lors de cette manifestation scientifique de deux jours qui a regroupé les gynécologues du centre (Alger, Blida et Tipaza) la fonction cardiaque et l’analyse du rythme cardiaque fœtal.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email