La péremption guette le stock de vaccins anti-coronavirus – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

La péremption guette le stock de vaccins anti-coronavirus

La péremption guette le stock de vaccins anti-coronavirus
FILE PHOTO: A health worker holds a syringe and a vial of the Sinovac coronavirus disease (COVID-19) vaccine at a market after hundreds of local residents in the district tested positive for COVID-19 in Bangkok, Thailand, March 17, 2021. REUTERS/Athit Perawongmetha/File Photo

Dans le souci de répondre à la demande en vaccin anti-coronavirus, l’Algérie a effectué plusieurs opérations d’importation, en plus de se lancer dans la fabrication locale de ce sérum. Mais ce stock de vaccin ne trouve pas preneur. Devant la réticence de la population à se faire vacciner, d’importantes quantités de vaccin sont guettées par la péremption.

Le président de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, Kamal Senhadji, a affirmé que 13 millions de doses de vaccin risquent d’être jetées car les citoyens boudent toujours la campagne de vaccination.

Après avoir fait face à l’indisponibilité des vaccins devant une pression mondiale, l’Algérie doit faire face à la réticence à la vaccination, d’autant que l’opération tourne toujours au ralenti. Conséquence : 13 millions de doses de vaccin stockées risquent d’être jetées à la poubelle une fois la date de péremption passée. En plus d’être loin de l’immunité collective avec la vaccination de 70% de la population d’ici à la fin de l’année, cette réticence engendrera aussi des pertes d’argent.

Lors de son passage ce dimanche à la télévision nationale, le Pr Senhadji, se dit indigné de la non-adhésion de la population à la campagne de vaccination alors que le vaccin est disponible en doses suffisantes. «Je ne comprends pas. Les gens ont peur du vaccin et n’ont pas peur de ce virus mortel. Il est surtout prouvé que ce virus peut, à 50 %, provoqué la mort de la personne qui le contracte alors qu’il est aussi prouvé que le vaccin n’est pas néfaste pour la santé», a indiqué le Pr Senhadji, lequel a affirmé que les données collectées par la cellule de veille de suivi de la vaccination n’ont pas enregistré de complications graves et encore moins le décès de personnes vaccinées. La réticence à la vaccination, faut-il le rappeler, a obligé les autorités sanitaires à geler une opération d’importation de quantités considérables de vaccin en raison de la disponibilité de plus de 13 millions de doses de vaccin non encore utilisées.

 Le Pr Senhadji a, par ailleurs, affirmé que le nombre de personnes vaccinées reste toujours faible. «10 à 11 millions de personnes vaccinées ont reçu la première dose. 5 millions de personnes sont complètement vaccinés», a-t-il précisé, signalant la nécessité d’administrer une troisième dose de vaccin, notamment pour les personnes âgées, celles à faible immunité et celles souffrant d’une maladie chronique. Le président de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire a également souligné l’efficacité du vaccin qui reste, pour l’instant, le seul moyen pour lutter contre la pandémie du coronavirus et, surtout, prémunir des cas graves. Il a, dans ce sens, réitéré son appel à la population pour se faire vacciner et ne pas prendre en considération les «discours anti-vaccin et les rumeurs diffusées ici et là quant à l’inefficacité du vaccin». Selon lui, il faut se vacciner maintenant pour développer une immunité et ainsi faire face à la quatrième vague, qui devrait atteindre son pic au mois de décembre.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email