-- -- -- / -- -- --
Monde

La passation des pouvoirs fixée pour mardi prochain

La passation des pouvoirs fixée pour mardi prochain

Le président tunisien sortant Mohamed Moncef Marzouki a annoncé que la passation des pouvoirs avec le président élu Béji Caïd Essebsi se fera mardi prochain, 30 décembre, au Palais de Carthage.

Dans une vidéo postée, mercredi, sur la page Web officielle de la Présidence, M. Marzouki déclare avoir « décidé de transmettre le pouvoir le plus tôt possible, mardi prochain, par amour pour la Tunisie et par souci de préserver sa stabilité et la paix civile ».

L’ancien Premier ministre tunisien, M. Essebsi a remporté la présidentielle au second tour organisé le 21 décembre avec 55,68% des voix, devant M. Marzouki qui en a récolté 44,32%. Caid Essebsi se retire de la présidence de Nidaa Tounes pour entamer la prochaine étape.

Le président élu de la Tunisie, Béji Caïd Essebsi, a annoncé son retrait de la présidence du mouvement Nidaa Tounes pour se consacrer à la République, et entamer ainsi la prochaine étape qui consiste essentiellement à débattre la question sécuritaire, la situation économique et surtout la formation d’un gouvernement de coalition.

« Nous appelons à des concertations, le plus tôt possible, avec le mouvement Nidaa Tounes pour réfléchir à une vision commune de la prochaine étape », a indiqué M. Caid Essebsi lors d’une rencontre mercredi avec ses partisans et des représentants des partis qui ont soutenu sa candidature, au second tour de la présidentielle.

« Le processus fait toujours face à des menaces de la part de ceux qui ont tenté de mettre en péril la sécurité et la stabilité de la Tunisie sans y parvenir”, a-t-il ajouté, relevant l’importance de « rester vigilant, d’unir les rangs, de se préparer au travail et de barrer la route à ces tentatives sans les surestimer ni les négliger ». Evoquant la question de la formation du prochain gouvernement, le président élu a affirmé que le parti Nidaa Tounes ne gouvernera pas seul, même s’il obtient la majorité absolue, soulignant l’ « utilité d’un large consensus pour rétablir le prestige de l’Etat ».

Caid Essebsi s’est engagé, par la même occasion, à respecter la Constitution, « dans son esprit comme dans sa lettre », rappelant que la Deuxième République est née le jour de la publication de la nouvelle constitution tunisienne au journal officiel. « Nous avons une lecture claire du message adressé par le peuple et nous sommes appelés à nous respecter les uns les autres, même si certains d’entre nous sont sortis du droit chemin », a-t-il fait remarquer, ajoutant qu’il « défendra tous les Tunisiens quelles que soient les erreurs commises ».

M. Béji Caïd Essebsi, fondateur en 2012 de Nidaa Tounes, est le premier chef d’Etat tunisien librement élu depuis l’indépendance en 1956, lors du second tour de la présidentielle organisé le 21 décembre, avec 55,68% des voix devant le président sortant Moncef Marzouki, qui en récolté 44,32%. Le président tunisien sortant a annoncé mercredi que la passation des pouvoirs avec son successeur se fera mardi prochain, 30 décembre, au Palais de Carthage. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email